Sarkozy prêt à participer à deux débats entre les deux tours

le
0
NICOLAS SARKOZY PRÊT À PARTICIPER À DEUX DÉBATS ENTRE LES DEUX TOURS
NICOLAS SARKOZY PRÊT À PARTICIPER À DEUX DÉBATS ENTRE LES DEUX TOURS

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy se déclare prêt, dans une interview au Journal du Dimanche, à participer à deux débats et non à un seul comme c'est la tradition, entre les deux tours de l'élection présidentielle.

Les sondages placent le chef de l'Etat, qui brigue un second mandat, et son adversaire socialiste, François Hollande, loin devant les autres candidats dans les intentions de vote pour le premier tour, le 22 avril.

Le président sortant refuse un débat télévisé avec les neuf autres candidats en lice avant ce premier tour, qui doit désigner par élimination les deux adversaires du second.

En revanche, "si les Français me choisissent (et) si chacun en était d'accord, je serais même prêt à participer à deux débats (entre les deux tours), ajoute-t-il. "Ainsi, aucun sujet ne serait laissé dans l'ombre."

Nicolas Sarkozy dit ne pas croire à un désintérêt des Français pour la campagne présidentielle 2012, comme semble le montrer des enquêtes d'opinion.

"Les salles sont pleines, les audiences télévisées et radio sont bonnes. Pour ma part, je dirais même que la mobilisation est plus forte que ce que j'ai connu lors de la précédente campagne" explique-t-il. "Je sens monter la vague."

"Et vous verrez, il y aura une forte participation, comme toujours", ajoute-t-il.

Il accuse François Hollande, qu'il a rattrapé et dépassé pour les intentions de vote au premier tour mais qui le devance toujours pour le second, de ne parler "qu'à la gauche". Il affirme pour sa part "parler à tous les Français".

"M. Hollande c'est, j'imite François Mitterrand (NDLR : le seul président socialiste de la Ve République) le matin et j'en appelle à l'anti-sarkozysme le soir", ajoute-t-il. "Le problème, c'est que l'anti-sarkozysme, ce n'était pas ce qu'il croyait et n'est pas François Mitterrand qui veut."

Il dit également ne pas aimer l'image que son adversaire socialiste donne, selon lui, de la France, notamment en promettant de taxer les plus riches.

"Notre pays ne doit pas craindre le talent, la réussite, les succès, le progrès, l'innovation, la recherche", explique Nicolas Sarkozy. "Je crois en une France forte, pas en une France frileuse, haineuse, jalouse, ignorant les réalités du nouveau monde."

RÉFORME DU PERMIS DE CONDUIRE

Il annonce que sa première mesure, s'il est réélu le 6 mai, consistera à avancer au 1er de chaque mois au lieu du 8 le paiement des retraites. "Cela fait un demi-siècle que les retraités font la trésorerie de l'État. Les loyers, eux, doivent être payés le 1er du mois", explique le président-candidat.

Il réaffirme également qu'il imposera la règle de non remplacement d'un fonctionnaire partant à la retraite sur deux dans les collectivités territoriales "au-dessus de 30.000 habitants", en échange de quoi l'Etat "n'imposera plus aucune norme supplémentaire".

Il précise enfin les contours de la réforme du permis de conduire qu'il envisage. Nicolas Sarkozy propose que tous les lycéens apprennent le code de la route au lycée, de façon à ne plus avoir ensuite qu'à passer l'examen de conduite pour obtenir le permis de conduire.

Le chef de l'Etat part du constat que beaucoup de jeunes n'ont pas les moyens de prendre des leçons supplémentaires en cas d'échec à l'examen du permis de conduire et promet, s'il est réélu, une réforme pour y remédier.

"Les auto-écoles viendront dans tous les lycées apprendre le code aux jeunes et l'examen sera organisé dans les établissements", explique-t-il. "Tous les lycéens quitteront l'école avec le code en poche."

"Pour l'examen de conduite, l'État prendra l'engagement d'un délai maximum d'un mois entre deux essais", ajoute-t-il. "Enfin, à tous ceux qui effectuent le service civique, nous offrirons la possibilité d'apprendre à conduire et de passer le permis."

Emmanuel Jarry, édité par Pierre Sérisier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant