Sarkozy prépare ses rendez-vous de janvier

le
0
Avec le marathon des vœux et le sommet sur l'emploi, la rentrée sera stratégique pour le président.

François Bayrou n'est pas le seul à théoriser «le repas de Noël». Le candidat centriste aime souligner que c'est un grand moment d'incubation et de fermentation des opinions politiques. Quand, entre le dessert, le café et le digestif, on discute en famille des élections à venir. Plusieurs sondeurs, proches du chef de l'État, y ont fait allusion récemment. «En 1994, le basculement Chirac-Balladur a commencé à s'amorcer au moment de Noël», appuie le député UMP Pierre-Christophe Baguet, proche de Nicolas Sarkozy, pour justifier cette hypothèse gastronomique et politique.

Au jeu du repas de Noël, François Hollande apparaît moins bien positionné que Nicolas Sarkozy, François Bayrou et Marine Le Pen, car il est le seul à avoir enregistré une baisse sensible dans les sondages. Un ministre parie que «ses flottements de campagne seront disséqués», et qu'il apparaîtra dans toute son insuffisance». Autour de la dinde de Noël, explique ce ministre, François Holland

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant