Sarkozy prend acte des ravages à l'UMP

le
0
L'ancien président de la République ne mettra plus les mains dans le cambouis.

Le tête-à-tête s'éternise. La négociation semble se figer dans le statu quo. Une drôle de trêve s'installe à l'UMP, suspendue au conciliabule des «belligérants».

Il y a un grand point d'interrogation autour d'une négociation ultrasecrète qui fait redouter aux «non-alignés» que leur appel à un nouveau vote passe à la trappe. Dans l'entourage de Nicolas Sarkozy, on s'attendait mardi à un Yalta de l'UMP, qui figerait en guerre froide la guerre chaude de ces derniers jours. À Jean-François Copé le parti et à François Fillon la tête de son groupe RUMP.

Si telle était l'issue, ce nouvel aigle à deux têtes démontrerait les limites de l'action d'un Nicolas Sarkozy qui a, en outre, renoncé à intervenir publiquement via un communiqué, pour condamner l'attitude des deux hommes. «On peut faire confiance aux médias pour expliquer que c'est une défaite personnelle pour Sarkozy», pré...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant