Sarkozy poste ses voeux de Noël sur Facebook

le
0
Sarkozy poste ses voeux de Noël sur Facebook
Sarkozy poste ses voeux de Noël sur Facebook

Ce sont des voeux de Noël très politiques que Nicolas Sarkozy a postés ce mercredi 24 décembre sur son compte Facebook. Pour la première fois, le président de l'UMP a réagi aux agressions de ces derniers jours à Joué-lès-Tours, Dijon et Nantes. «Je veux dire mon soutien à nos compatriotes qui viennent d'être les victimes d'une violence aveugle et démente alors qu'ils faisaient simplement leurs derniers préparatifs de fête», écrit l'ex-chef de l'Etat.

«La répétition de ces agressions devra être élucidée et punie avec la plus extrême rigueur», ajoute Nicolas Sarkozy, sans jamais citer nommément les événements auxquels il fait référence.«La faiblesse et le laxisme nous sont interdits face à de tels comportements.»

Dans ses voeux de Noël, il adresse également son soutien aux victimes des dernières intempéries dans le Gard, le Var et l'Hérault. «Je pense à nos concitoyens dont les foyers ont été ravagés par les intempéries il y a quelques semaines à peine et qui sont peut-être aujourd'hui gagnés par le découragement.»

«La laïcité est là (...) pour rapprocher, réconcilier et même rassembler»

Nicolas Sarkozy évoque aussi la situation des «chrétiens d'Orient qui vont célébrer Noël dans le dénuement le plus complet.» En raison de l'avancée du groupe Etat islamique en Syrie et en Irak, des milliers de chrétiens ont dû s'exiler et certains ont trouvé refuge en France. «Ils ont été chassés de leurs villages et de leurs maisons pour avoir commis le crime de ne pas prier comme leurs bourreaux», estime le président de l'UMP. 

«En France, dans un pays longtemps miné par les guerres de religion et la tentation de l'intolérance, la laïcité est un rempart qui protège la liberté de conscience, rappelle Nicolas Sarkozy dans son message. La laïcité n'est pas là pour condamner ou pour exclure mais pour rapprocher, réconcilier et même rassembler ceux que les différences dans la foi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant