Sarkozy parie sur une ultime mobilisation

le
0
À six jours du second tour, le président-candidat reste persuadé que «tout peut encore changer». Avec une vidéo BFMTV

«Je fais la campagne de Gavroche sur les barricades.» Cette confidence de Nicolas Sarkozy à son entourage date d'avant le premier tour. Mais elle résume aussi l'esprit de cette folle quinzaine du deuxième tour. Au moment d'aborder les sept derniers jours où «tout peut encore changer», Nicolas Sarkozy est plus que jamais «seul contre tous», seul contre les médias, seul contre l'establishment, debout sur les barricades... Les «powerbrokers» de Paris à Berlin en passant par Londres et Bruxelles ne croient plus un instant en sa victoire. La France a choisi Hollande, pensent-ils, au nom de l'alternance, au nom du nécessaire changement. Pour leur apporter un ultime démenti, Nicolas Sarkozy veut enfin donner un contenu à l'incantation électorale des outsiders et parier sur «la fameuse mobilisation de la dernière minute».

«Je ne me suis jamais autant battu en trente-cinq ans», a-t-il confié à un ami proche, au retour du meeting de Dijon, vendredi soir. Pour un homm

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant