Sarkozy ou le départ engourdi

le
1
« Je suis français, vous êtes français, nous sommes français, assène Nicolas Sarkozy mercredi 8 juin à Saint-André-lez-Lille. 
« Je suis français, vous êtes français, nous sommes français, assène Nicolas Sarkozy mercredi 8 juin à Saint-André-lez-Lille. 

Discours « fondateur », écrit de la seule main du chef, et prononcé « devant une trentaine de parlementaires », voilà comment la prise de parole de Nicolas Sarkozy à Saint-André-lez-Lille avait été présentée aux curieux par ses proches. On nous promettait un bouillonnement d'idées et de valeurs, un hymne à l'identité jamais entendu, bref, du grand Sarkozy. Le tout, devant un parterre de soutiens pléthorique. Concernant ces derniers, pas de désillusion, ils ont fait masse autour du patron, se poussant les uns les autres pour avoir un bout d'épaule sur la photo de famille.

Mais, au moment où débutait la soirée du mercredi 8 juin, de nombreux rangs sont restés sans militant dans la petite salle de la banlieue lilloise. De quoi jeter une lumière froide sur cet événement, avant même que Sarkozy ait pu prononcer le moindre mot. « Autouroute fermée, rocade bloquée », jure-t-on dans l'équipe du chef. Sans musique (« par souci de solennité »), sans ferveur, ce qui devait ressembler à une entrée en campagne officieuse et tonitruante pour le patron des Républicains s'est transformé en réunion publique engourdie.

« Nicolas président »

Sous les regards du président de l'Association des maires de France fraîchement rallié François Baroin, de la maire du 7e Rachida Dati, de Marc-Philippe Daubresse, député du Nord, de Gérald Darmanin, maire de Tourcoing, de Daniel Fasquelle,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 il y a 6 mois

    JPi - Drôle, très drôle: en 2017 Hollande président contre ...Sarko pas président. Un premier tour ... pendable ?