Sarkozy ne souhaite pas se déclarer plus tôt

le
1
À droite, certains s'inquiètent des sondages et souhaitent que le président n'attende plus pour entrer en campagne.

Le coup de blues qui a suivi la perte du triple A s'est vite répandu dans la majorité. La confiance avait monté de plusieurs crans dans le camp de Nicolas Sarkozy. Elle s'est soudain dissipée. Le président, à l'initiative depuis le 31 décembre, s'est retrouvé sur la défensive après le verdict sévère de Standard & Poor's. «On commence à se dire qu'on peut vraiment perdre», confiait le collaborateur d'un ministre en début de semaine. Dans toutes ses interventions de la semaine, Nicolas Sarkozy a repris les attaques directes contre l'opposition, alors qu'il s'était imposé un ton très retenu depuis le début de l'année. Jeudi, à Lyon, où il a présenté des «v½ux de campagne» aux forces économiques, il s'est laissé aller à un long bain de foule . De là à se dire qu'il pourrait accélérer le moment de sa candidature, il n'y a qu'un pas, qu'espèrent franchir les plus impatients de la majorité.

«Faux plat»

« Nous sommes dans un faux plat, constate

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le vendredi 20 jan 2012 à 09:35

    JPi - Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément. L’impôt qui se conçoit mal s’énonce difficilement et les mots pour le dire viennent des POLIS TIQUES de gauche ou de droite.