Sarkozy n'est pas opposé à une révision de la Constitution

le
15
NICOLAS SARKOZY N'EST PAS OPPOSÉ À UNE RÉVISION DE LA CONSTITUTION
NICOLAS SARKOZY N'EST PAS OPPOSÉ À UNE RÉVISION DE LA CONSTITUTION

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy, le président des Républicains (LR), n'est pas par principe opposé à la révision de la Constitution proposée lundi par François Hollande après les attentats de Paris et Saint-Denis, ont rapporté mardi des cadres du parti.

Devant les parlementaires réunis lundi en Congrès à Versailles, le chef de l'Etat a proposé de modifier les articles 16 et 36 de la Constitution afin de mieux lutter contre les nouvelles formes de terrorisme.

Dans un premier temps, des dirigeants comme Christian Jacob, président du groupe LR à l'Assemblée, avaient rejeté toute modification de la loi fondamentale.

Mais mardi matin, devant les dirigeants du parti puis devant le groupe LR de l'Assemblée, Nicolas Sarkozy a dit ne pas y être opposé par principe.

"Cette révision, c'est anecdotique par rapport à la sécurité des Français mais nous verrons ce qu'il y a dedans", a dit aux députés le "patron" de LR, selon plusieurs élus qui assistaient à la réunion du groupe.

"Si ça peut être utile, pourquoi pas. Ça sera à voir", a poursuivi l'ancien président de la République.

Nicolas Sarkozy a vivement critiqué devant son groupe le discours de François Hollande la veille à Versailles.

Il a ainsi dénoncé "le vide abyssal" du discours du chef de l'Etat concernant l'Europe, notamment sur la nécessité de réviser les accords de Schengen sur la libre circulation des personnes.

"Il faut acter le spectaculaire reniement de François Hollande qui a enterré sa politique étrangère et sa politique de sécurité", a poursuivi Nicolas Sarkozy en faisant référence à l'appel lancé par le chef de l'Etat aux Russes.

Dans le domaine de la sécurité, l'ancien président de la République a rappelé que plusieurs dispositions proposées lundi par son successeur à l'Elysée avaient été présentées au début de l'année par l'opposition.

Il a également annoncé la mise en place au bureau politique de LR d'un "observatoire du suivi des mesures" proposées par François Hollande.

"L'opposition sera très vigilante sur l'action et ne veut pas d'effets de communication", a prévenu Nicolas Sarkzoy avant de rappeler que l'indispensable unité nationale "passe aussi par l'unité de notre propre famille politique".

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean-648 le mardi 17 nov 2015 à 15:12

    Qu'il garde toute son énergie pour sa défense dans l'affaire Bygmalion.

  • cresus57 le mardi 17 nov 2015 à 15:11

    Ce personnage fait malheureusement partie de l'histoire de la France, pas de son avenir, espérons le.

  • M7403983 le mardi 17 nov 2015 à 14:54

    Ja_smith : calmez vous que diable !!! Vous fumez quoi ??? La ruine du pays ??? Enfin ... Votre Hollande vient de s'affranchir des règles établies et signés vis à vis de l'UE avec le concours de vos affidés. Voyons, un peu d'analyse réaliste ...

  • M1461628 le mardi 17 nov 2015 à 14:50

    La virulence des propos de ce petit monsieur prouve qu'il a bien été piégé par ce président qu'il méprise tant....une nouvelle fois serait on tenté de dire.... il est tant de mettre à la réfome ce personnage pathétique

  • M1461628 le mardi 17 nov 2015 à 14:45

    Répondez plutôt aux questions sur les condamnations de vos amis M.Balkany et Guéant

  • M1461628 le mardi 17 nov 2015 à 14:43

    Modération M.Bismuth....

  • isacarno le mardi 17 nov 2015 à 14:36

    jouer des coudes pour être sur la photo...toujours plus de talonnettes et toujours plus bas

  • dupon666 le mardi 17 nov 2015 à 14:32

    personne ne lui demande son avis..

  • M1461628 le mardi 17 nov 2015 à 14:24

    AJ pour 2017

  • M6998582 le mardi 17 nov 2015 à 14:16

    bismuth bateleur de foire toujours aussi peu cohérent ! Français souvenez-vous : c'est qui celui qui a supprimé 12000 postes dans la police ? Un minimum de pudeur serait de mise bien que d'un tel personnage on ne puisse espèrer qu'il reconnaisse ses erreurs