Sarkozy, Moscovici, la part du père

le
0
Nicolas Sarkozy et son père Pal, en 2008. Je n'ai manqué de rien, sauf d'un père, confie l'ancien chef de l'État.
Nicolas Sarkozy et son père Pal, en 2008. Je n'ai manqué de rien, sauf d'un père, confie l'ancien chef de l'État.

Pal et Nicolas Sarkozy "Il lisse le pli repassé de son jean, tire sur sa blouse d'artiste d'un blanc virginal et, tel un éleveur se gaussant du pedigree de son cheptel, énumère le prénom de chacun de ses enfants, leur taille et leurs revenus annuels : Guillaume, 1,90 m et des centaines de milliers d'euros par an. François, 1,87 m et des centaines de milliers d'euros. Olivier, 1,89 m et des millions d'euros. Caroline, elle, est très grande, elle aussi. Galant homme qui ne précise ni la taille ni les revenus de son unique fille. Satisfait, il s'excuse d'avoir lui-même dû abandonner au temps qui passe une petite dizaine de centimètres, la faute aux disques entre les vertèbres. Une fois de plus, il n'a pas évoqué Nicolas. Il n'a donné ni sa taille ni le montant de ses émoluments. Tous, sauf Nicolas. On lui fait remarquer cet oubli obsédant. Il est tout petit, il tient de Dadu. Pour faire de la politique, il faut avoir des complexes, Nicolas en a beaucoup. À moins que Nicolas n'en ait qu'un. Un seul, envahissant et dirimant : lui, son père." Serge et Pierre Moscovici "Pierre a 13 ans lorsque ses parents se séparent. Serge Moscovici et Marie Bromberg, lui inventeur de la psychologie sociale, elle psychanalyste lacanienne, divorcent. Ces sages esprits décident de laisser leurs enfants, de 13 et 11 ans, vivre entièrement seuls. Livrés à eux-mêmes dans un appartement loué. Le père leur rend visite, la mère leur dépose des repas...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant