Sarkozy mis en examen : les ténors de l'UMP assurent le service minimum

le
0
Sarkozy mis en examen : les ténors de l'UMP assurent le service minimum
Sarkozy mis en examen : les ténors de l'UMP assurent le service minimum

«Ancien président de la République, il a droit au respect.» Voilà l'une des trois petites phrases que François Fillon, coutumier de billets plus fournis, a concédé ce mercredi sur son blog au sujet de la mise en examen de Nicolas Sarkozy. Celui qui «quoi qu'il arrive» se présentera à la primaire de l'UMP, semble hésiter entre une retenue de circonstances et l'occasion d'enfoncer son désormais rival. D'autres ténors du parti ont aussi fait le service minimum pour le défendre, en évitant soigneusement le terme de «soutien».

«Il est urgent que la lumière soit faite»

François Fillon s'est ainsi contenté d'un rappel de la «présomption d'innocence» dont bénéficie le mis en examen, tout comme l'a fait l'actuel président de la République, François Hollande. Par ailleurs, «il est urgent que la lumière soit faite pour l'homme qui traverse une épreuve douloureuse comme pour le pays qui s'enfonce dans la crise de confiance», a ajouté François Fillon en pesant habilement ses mots.

Le sarkoziste devenu filloniste Eric Ciotti a également rappelé ce principe de présomption d'innocence qui «doit valoir pour tous les justiciables, y compris pour Nicolas Sarkozy», a-t-il simplement écrit sur son compte Twitter. Et à défaut d'un franc soutien politique, «je pense à Nicolas Sarkozy en amitié», a lui twitté Alain Juppé, autre rival potentiel dans l'optique de la présidentielle de 2017. Même sobriété du côté de Bruno Le Maire, candidat à la présidence du parti qui ne cache plus ses ambitions, et Luc Chatel, actuel secrétaire général de l'UMP.

Sarkozy sort de son silence pour se défendre

«On est quand même en droit d'être troublé d'une certaine manière et d'avoir un sentiment de malaise par rapport à ce qui se passe», a toute de même ajouté Luc Chatel, faisant référence aux écoutes qui ont permis de mettre à jour le présumé «trafic d'influence». Ces dernières «pourraient être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant