Sarkozy met en cause les casseurs et les bloqueurs

le
0
Le chef de l'Etat a jugé jeudi «scandaleuses» les violences survenues en France en marge des manifestations et a accusé les grévistes qui bloquent les dépôts d'essence de «prendre en otage» le pays.

Nicolas Sarkozy enfonce le clou. En marge d'un déplacement en Eure-et-Loir, le chef de l'Etat s'en est pris jeudi aux «casseurs» à l'origine des incidents qui émaillent les manifestations contre la réforme des retraites en France. Alors que les grèves, les blocages et la mobilisation lycéenne se poursuivent jeudi à travers l'Hexagone, le président de la République a notamment dénoncé sur un ton martial les violences qui ont agité le centre de Lyon au début de la semaine.

«J'ai vu les images de Lyon, c'est scandaleux. C'est pas les casseurs qui auront le dernier mot dans une démocratie, dans une République», a lancé Nicolas Sarkozy lors d'une table ronde à Bonneval, sous les applaudissements du public. «Ce n'est pas acceptable, ils seront arrêtés, retrouvés et punis, à Lyon comme ailleurs, sans aucune faiblesse. Parce que dans notre démocratie, il y a des tas de moyens de s'exprimer, mais la violence la plus lâche, la plus gratuite, ça, ça n'est pas acceptab

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant