Sarkozy lance sa présidence du G20

le
0
Les 20 pays réunis à Paris réfléchissent notamment aux indicateurs à retenir pour lutter contre les déséquilibres. La Chine pose ses conditions et refuse d'évoquer les taux de change.?

C'était, ce vendredi, à Paris le point de départ de la présidence française du G20. En fin d'après-midi, Nicolas Sarkozy recevait à l'Élysée les ministres des Finances et les gouverneurs de banques centrales de ce cénacle de vingt pays qui représente 85% du produit intérieur brut mondial. «Le G20 ne conservera sa légitimité que s'il parvient à démontrer son efficacité dans la reprise. Il est donc de votre responsabilité et de celle des chefs d'État et de gouvernement d'apporter des réponses aux grandes questions qui se posent aujourd'hui à l'économie mondiale», a lancé le chef de l'État. Avant d'exhorter son auditoire à ne pas «donner la priorité aux intérêts nationaux» qui causerait «la mort du G20» et l'appeler à ne pas enliser les débats «dans des discussions interminables».

Un conseil pour le moins bienvenu. Car dans la foulée, ministres et banquiers centraux s'attablaient pour un dîner de travail à l'hôtel de Marigny. Avec au menu: la diffi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant