Sarkozy : « Laissez tomber le drapeau rouge »

le
0
Le président-candidat a rassemblé ses partisans au Trocadéro pour le 1er Mai.

«La masse immense que voilà prouve aux insulteurs que rien n'est perdu pour la France!»... Cette phrase signée de Gaulle, le 1er mai 1950, a ouvert le discours de Nicolas Sarkozy place du Trocadéro, ce mardi 1er mai. Devant une foule impressionnante, compacte, et répandue le long des avenues principales menant à la place, Nicolas Sarkozy s'est livré, pour la deuxième fois en quinze jours, à un grand discours en plein air.

Avec la tour Eiffel en toile de fond, Sarkozy s'est affiché toujours conquérant face aux sondages qui se resserrent mais l'annoncent toujours nettement battu - avec six points d'écart. Il s'est refusé à évoquer le nom de son concurrent, sauf en con­clusion de son discours: «Il m'appelle toujours le candidat sortant, je voudrais lui dire qu'il n'est pas encore le candidat entrant!» Il a en revanche longuement développé sa vision de la valeur travail. Il a pleinement assumé la transgression que représente l'organisation d'un contre-rassemblem

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant