Sarkozy : "La vie politique, ça ne m'intéresse plus, mais la France..."

le
0
Nicolas Sarkozy et Claude Birraux à Archamps (Haute-Savoie), le 18 septembre 2013.
Nicolas Sarkozy et Claude Birraux à Archamps (Haute-Savoie), le 18 septembre 2013.

À l'occasion d'une visite à Archamps (Haute-Savoie) mercredi, Nicolas Sarkozy a reçu les quelques journalistes présents autour d'un café pendant une vingtaine de minutes. "La vie politique, ça ne m'intéresse plus, mais la France, c'est autre chose", leur a-t-il dit. Détendu, souriant, il s'est décrit comme "un cycliste dans le peloton". Interrogé sur son silence depuis sa défaite à la présidentielle de 2012, il a répondu : "Je ne veux rien dire, mais cela ne veut pas dire que je ne pense pas."Plus tôt dans la journée, l'ancien chef d'État s'était exprimé sur la question de la filière nucléaire en France. "Je me sens solidaire de ces milliers d'ingénieurs, d'électriciens, de chercheurs qui ne veulent pas voir le travail de plusieurs générations détruit par le seul souci d'intérêts partisans et politiques", a-t-il déclaré au cours d'une cérémonie de décoration. "Pauvre filière nucléaire française dont nous devrions être si fiers, à laquelle notre pays doit son indépendance énergétique !"

Cette filière "a fait durant toute la Ve République l'objet d'un consensus politique et cela jusqu'à une date très récente. Elle est aujourd'hui menacée comme si la France n'avait pas assez de problèmes, qu'il fallait qu'elle détruise l'atome", a lancé Nicolas Sarkozy. Il prononçait ce discours lors de la remise des insignes de chevalier de la Légion d'honneur à Claude Birraux, ancien député UMP de Haute-Savoie et grand défenseur de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant