Sarkozy : la primaire, «seule façon de ramener le calme» à l'UMP

le
0
Sarkozy : la primaire, «seule façon de ramener le calme» à l'UMP
Sarkozy : la primaire, «seule façon de ramener le calme» à l'UMP

A Nice, Nicolas Sarkozy joue à domicile. Parmi les siens. Sur les terres de son fidèle député-maire Christian Estrosi, l'ancien chef de l'Etat, candidat à la présidence de l'UMP, a défendu, mardi soir, la tenue d'une primaire en vue de la présidentielle de 2017. C'est la «seule façon», selon lui, de «ramener le calme dans une famille politique qui a connu la pagaille».

«Si vous m'élisez président de l'UMP, je ferai (de ce parti) une formation plus grande, plus large, plus forte, avec tous ceux qui ne peuvent accepter l'humiliation» infligée par le pouvoir socialiste, a affirmé Nicolas Sarkozy. Dans cette UMP nouvelle mouture, «je ne veux plus de tendances, de chapelles, de sectes», a-t-il lancé, sous les applaudissements des quelque 3 000 personnes présentes, alors que la guerre entre fillonistes et copéistes fin 2012 a failli emporter le parti.

L'ex-président a réaffirmé sa volonté de faire de l'UMP «la première formation politique du XXIe siècle. Puis, le moment venu, on organisera des primaires». Et d'ajouter: «ce n'est pas forcément la garantie d'un bon président», a-t-il ironisé, alors que François Hollande avait gagné la primaire à gauche en 2011. Mais pour lui, «c'est la seule façon de ramener le calme dans un famille politique qui a connu la pagaille. Ca ne résoud pas tous les problèmes mais ça résoud au moins celui-ci».

Moduler les allocations familiales, une «attaque contre la famille»

Puis, se plaçant volontier chef de file de l'opposition, Nicolas Sarkozy assène ses coups de griffes en commençant par dénoncer une «attaque brutale, injuste et sectaire contre la famille», à propos de la décision du gouvernement de moduler les allocations familiales selon le revenu. «Cette décision va enlever du pouvoir d'achat aux familles au moment où la croissance est nulle. Il faut rétablir la politique familiale qui a fait la grandeur de la France», a-t-il martelé. L'ancien chef de l'Etat a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant