Sarkozy fustige la «faute» de Valls après ses propos sur «l'apartheid»

le
1
Sarkozy fustige la «faute» de Valls après ses propos sur «l'apartheid»
Sarkozy fustige la «faute» de Valls après ses propos sur «l'apartheid»

Il se dit «consterné». Preuve que l'unité nationale a bel et bien vécu, Nicolas Sarkozy a sévèrement condamné les propos de Manuel Valls, sur l'«apartheid territorial, social, ethnique, qui s'est imposé à notre pays». Invité du 20 heures de France 2, le président de l'UMP a également balayé les mesures annoncées par le gouvernement, pour mieux poser son propre «diagnostique» et formuler ses propositions.

«Comparer la République à l'apartheid, c'est une faute», a-t-il lancé, à l'adresse de Valls. «Je suis consterné par cette expression et le fait que le Premier ministre de la République française emploie une expression de cette nature», a-t-il insisté. Quelques heures plus tôt, dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, le chef du gouvernement avait totalement assumé ses propos, mettant en avant son «expérience d'élu de banlieue parisienne». Reléguant la question posée sur le sujet par le secrétaire général de l'UMP, Laurent Wauquiez, au rang de «faux débat», il s'était posé en garant de l'unité nationale. Las.

«L'apartheid, c'est la loi honteuse qui entre 1948 et 1994 a fait régner une inégalité des droits entre les Noirs et les Blancs en Afrique du sud», a rappelé Nicolas Sarkozy sur France 2, avant de marteler : «Je suis consterné qu'on puisse assimiler la République française, qui garantit des soins gratuits, l'école gratuite.»

«Consternation», lâche Sarkozy

«Imaginez ce que peut penser aujourd'hui un habitant de la ruralité qui se sent si souvent abandonné, qui ne brûle pas d'abribus, qui ne casse pas les voitures, quand il voit le Premier ministre dire, quand on voit tous les efforts financés par les contribuables, comparer la République à l'apartheid...», renchérit l'ex-chef de l'Etat. Et de lâcher : «Consternation.»

Se plaçant résolument en chef de l'opposition, Sarkozy a également profité de son intervention pour poser son «diagnostique» sur les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le mercredi 21 jan 2015 à 23:49

    Haïe HiHi Haï HAUT ,Haï Haha... .Celà ne vous dit rien .Pourtant tous ces discours y ressemblent.....Avec ce petit personnage ,mais nous sommes au 21ième Sciècle....Celà devient très troublant ,tous ces derniers jours ...