Sarkozy fixe à 2013 le retrait d'Afghanistan

le
0
Après le départ des unités combattantes, les missions de formation de l'armée afghane par les Français se poursuivront.

Pas de départ à la hâte des soldats français, mais une accélération du processus de retrait, assortie d'un engagement de coopération civile avec Kaboul après 2014. L'émotion suscitée par la mort, le 20 janvier, de quatre soldats français tués sur la base de Gwan, dans la province de Kapisa, par une recrue afghane, a souligné l'importance de la rencontre, vendredi à l'Élysée, entre Nicolas Sarkozy et son homologue afghan. Certes, l'événement survenu la semaine dernière a pesé sur les décisions annoncées vendredi. Mais, pour une pléiade de raisons, l'engagement français en Afghanistan ne pouvait être soumis aux embardées.

C'est dans cet esprit de compromis que Nicolas Sarkozy a reçu vendredi à l'Élysée son homologue Hamid Karzaï. Le président de la République a annoncé que les missions de formation de l'armée française en Afghanistan, interrompues après l'incident de Gwan, reprendraient dès aujourd'hui. Les deux dirigeants ont signé un accord de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant