Sarkozy-Fillon-Juppé : le Yalta des chefs

le , mis à jour le
1
Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Fillon se sont mis d'accord sur la représentation des différentes sensibilités au sein du nouveau parti, Les Républicains.
Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Fillon se sont mis d'accord sur la représentation des différentes sensibilités au sein du nouveau parti, Les Républicains.

À L'arôme, le restaurant qui accueillait les agapes des chefs de l'UMP, le parfum était à l'harmonie, mercredi à l'heure du déjeuner. Nicolas Sarkozy réunissait autour de lui les anciens Premiers ministres -  Fillon, Raffarin,Villepin...  - avec l'objectif de parvenir à une position consensuelle sur un aspect-clé du nouveau parti, Les Républicains. En effet, les nouveaux statuts prévoient que le futur bureau politique sera composé de 80 membres. Comment obtenir une composition représentative des différentes sensibilités ?

Les ténors du parti ont tout de suite écarté le moyen mathématique qui aurait consisté à se mesurer par un scrutin. Sarkozy l'aurait sans doute largement emporté. Cependant, le président de l'UMP ne tient pas à humilier ses concurrents et néanmoins amis. Il a donc été convenu que chaque sensibilité disposerait à sa guise d'un certain nombre de sièges au sein du bureau politique. Les fillonistes, les juppéistes seront servis tout comme les lemairistes ou les amis de Xavier Bertrand. Les principaux compétiteurs de la primaire devraient pouvoir disposer de 15 à 20 sièges chacun au sein desquels un noyau dur de 10 sièges ne leur sera pas discuté. Naturellement, le futur bureau politique fera une place aux "incontournables", des "membres de droit" tel Gérard Larcher, le président du Sénat, qui, pour autant, sera compté dans le "quota Fillon".

Sarkozy préfère Juppé à Raffarin

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jeepinv le jeudi 7 mai 2015 à 17:17

    ce n'est pas la cuisine mais le menu qui nous intéresse. Quand parlera t'on d'un programme pour redresser la France plutôt que la façon de se distribuer les places ( et les prébendes qui vont avec).