Sarkozy exhorte les syndicats à affronter la crise

le
0
Le chef de l'État a annoncé des mesures d'urgence pour lutter contre le chômage

D'abord, les bonnes nouvelles. Nicolas Sarkozy a atteint son objectif, mercredi, en évitant la levée de boucliers des syndicats. Il faut dire que les annonces conjoncturelles étaient aussi les plus consensuelles. «C'était la partie facile», concède un proche.

Dans une mise en scène sobre destinée à mettre en valeur le président à la manœuvre, Nicolas Sarkozy a présenté son plan. Il s'est justifié pour ce sommet tardif en expliquant qu'il n'était pas question de rester sans rien faire, même en fin de mandat: «Quel que soit le calendrier politique, la crise ne donne le droit à aucun d'entre nous de rester dans l'immobilisme et l'inaction», a-t-il conclu.

L'action, mercredi, c'était essentiellement revenir à une forme habile de traitement social du chômage, pour une enveloppe globale de 430 millions d'euros - un chiffre que Nicolas Sarkozy a préféré arrondir à… 500 millions lors de son allocution. Bercy s'est pourtant battu pour limiter ce montant au-d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant