Sarkozy et Merkel préparent une réponse globale à la crise

le
0
Le plan sera décidé mercredi soir. La France se résigne à ne pas adosser le fonds de stabilité à la BCE, comme l'exige depuis le début l'Allemagne.?

L'euro attendra encore 72 heures pour être fixé sur son sort. Lors d'un sommet européen qui tenait du tour de chauffe, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont rapproché dimanche leurs positions sur la question fatidique du fonds de sauvetage européen et de sa force de frappe sur les marchés. Mais, à la demande répétée de l'Allemagne, la décision finale ne sera prise que dans la nuit de mercredi à jeudi, à l'issue d'un autre conclave de crise convoqué à Bruxelles.

Le président a évoqué dimanche soir «un assez large accord», à la tribune d'une conférence de presse partagée avec Angela Merkel. Il a surtout fait un pas décisif en direction de la chancelière, elle-même arc-boutée dans son refus de voir la Banque centrale européenne refinancer durablement la dette de pays comme l'Espagne ou l'Italie. «La BCE est indépendante et nous y tenons autant que l'Allemagne, a assuré Nicolas Sarkozy. Aucune solution n'est viable qui ne garantirait pas cette indépendanc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant