Sarkozy et la présidentielle 2017: « Je sais où je vais »

le
3
Sarkozy et la présidentielle 2017: « Je sais où je vais »
Sarkozy et la présidentielle 2017: « Je sais où je vais »

« On dit que j'ai du mal dans cette campagne... C'est vrai que j'ai du mal à trouver des salles assez grandes », ironisait mardi dernier Nicolas Sarkozy, face à 3 000 groupies entassées ce soir-là à l'Acropolis de Nice. Alors que ses rivaux n'ont pas remisé leurs ambitions depuis qu'il est revenu sur le devant de la scène politique, l'ancien chef de l'Etat veut croire qu'il reste malgré tout le champion des champions à droite.

Sa chute dans les sondages ? « Mais il surclasse toujours Juppé auprès des sympathisants de droite, et surtout auprès de ceux de l'UMP », se rassure son entourage, arguant des 32 000 parrainages de militants reçus pour cette candidature, dont 17 000 déposés à la haute autorité chargée d'organiser l'élection... alors que 2 681 suffisaient. Ces parlementaires, une petite centaine, qui ont préféré soutenir Hervé Mariton et Bruno Le Maire pour la présidence de l'UMP ? « Les députés et les sénateurs ont toujours été un peu plus réac que le reste de l'opinion. Mais ça va évoluer », poursuit-on, façon méthode Coué, en refusant l'idée que cette campagne « ferait pschitt ».

« C'est un scrutin interne. L'objectif, c'est bien de parler aux militants, rien qu'aux militants, pour gagner l'élection. Alors, on avance étape par étape », explique-t-on pour justifier, notamment, le virage très droitier du candidat Sarkozy au cours de ses derniers meetings, à Nice et à Toulon... Et probablement à Marseille mardi prochain. « N'écoutez pas ce qu'on peut vous dire sur ma campagne qui patinerait », a d'ailleurs confié récemment Nicolas Sarkozy à des maires UMP, des élus qu'il recevait dans un café parisien pour la première fois, au printemps dernier : « Je sais où je vais, je tiens ma feuille de route. Une fois élu président de l'UMP, une autre séquence s'ouvrira. Et il y aura de la place pour tout le monde, je vous le promets. L'état actuel de la France nous oblige au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le dimanche 26 oct 2014 à 19:11

    Il est le SEUL...ou alors en tôle peut-être ???...:-)))

  • M2991222 le dimanche 26 oct 2014 à 11:08

    Il est fini,fini,fini et toujours agité,agité,agité!

  • lsleleu le dimanche 26 oct 2014 à 10:03

    nous non plus on ne sait pas ou il va ! de plus à t'il des chances ?