Sarkozy et la justice : l'affaire Tapie-Crédit Lyonnais

le
0
Sarkozy et la justice : l'affaire Tapie-Crédit Lyonnais
Sarkozy et la justice : l'affaire Tapie-Crédit Lyonnais

«Jamais dans notre Histoire, un homme public n'a été autant ciblé et visé». C'est son ami proche Brice Hortefeux qui le dit. Les obstacles judiciaires s'accumulent sur le chemin du retour en politique de Nicolas Sarkozy. Karachi, les écoutes, les sondages, Bygmalion... Au total, nous avons recensé pas moins de 11 affaires auxquelles est lié de près ou de loin l'ancien président de la République.

L'affaire Tapie-Crédit Lyonnais en deux mots

Les juges tentent de déterminer si l'exécutif a avalisé un arbitrage judiciaire très favorable à l'homme d'affaires Bernard Tapie. Ce dernier, qui estime avoir été trompé par le Crédit Lyonnais en 1992 lors de la vente de sa société Adidas, a en effet obtenu en 2008 la condamnation du consortium de réalisation chargé de gérer le passif de la banue (soit l'Etat), a lui verser 403 millions d'euros. Mais les magistrats soupçonnent Bernard Tapie d'avoir bénéficié de l'aide de Nicolas Sarkozy (qu'il a rencontré 22 fois à l'Elysée avant l'arbitrage), et de sa ministre de l'Economie Christine Lagarde, pour entériner cet arbitrage vivement contesté.

L'avancée de la procédure

Les instructions ont abouti à de nombreuses mises en examen : Tapie, Lantourne, Richard, Rocchi et Estoup ont tous été mis en examen pour escroquerie en bande organisée, le dernier l'étant aussi pour faux et usages de faux. S'agissant de Christine Lagarden entendue par la CJR, elle a également été mise en examen mais pour simple négligence. Claude Guéant a été entendu.

L'implication de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy n'est pour l'instant pas touché par cette affaire, dans laquelle son ancienne ministre de l'Economie, Christine Lagarde a été mise en examen pour négligence.

La fiche technique

Date des faits reprochés : 2008

Date d'ouverture de l'enquête : le 18 septembre 2012

Chefs d'accusations cités dans l'affaire : détournement de fonds publics, faux et usage de faux, usage ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant