Sarkozy et la justice : l'affaire Karachi

le
0
Sarkozy et la justice : l'affaire Karachi
Sarkozy et la justice : l'affaire Karachi

«Jamais dans notre Histoire, un homme public n'a été autant ciblé et visé». C'est son ami proche Brice Hortefeux qui le dit. Les obstacles judiciaires s'accumulent sur le chemin du retour en politique de Nicolas Sarkozy. Karachi, les écoutes, les sondages, Bygmalion... Au total, nous avons recensé pas moins de 11 affaires auxquelles est lié de près ou de loin l'ancien président de la République.

L'affaire Karachi en deux mots

Les juges veulent savoir si des contrats d'armement avec l'Arabie saoudite et le Pakistan ont donné lieu à un financement illégal de la campagne présidentielle de l'ex-Premier ministre Edouard Balladur, en'95, via un système de rétrocommissions. Nicolas Sarkozy, alors ministre du Budget puis porte-parole de Balladur, a été soupçonné d'avoir participé au versement de ces rétrocommissions, en approuvant la création de structures offshore au Luxembourg.

L'avancée de la procédure

L'enquête des juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire a été bouclée en juin 2014. Six personnes ont été mises en examen et renvoyées devant le tribunal correctionnel. Le procès pourrait se tenir dès 2015. S'agissant de ceux qui étaient ministres à l'époque, la Cour de justice de la République, seule habilitée à les juger, a ouvert une enquête concernant Edouard Balladur et François Léotard.

L'implication de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy n'a pas été mis en examen dans cette affaire. Les juges ont toutefois recommandé qu'il soit entendu comme témoin assisté par la Cour de justice de la République.

La fiche technique

Date des faits reprochés :'94

Date d'ouverture de l'enquête : le 7 octobre 2010

Chefs d'accusations cités dans l'affaire : Corruption, abus de biens sociaux, complicité et recel

Autres personnes visées :

Ziad Takieddine, intermédiaire en armements

Abdul Rahman El-Assir, ancien conseiller au ministère du Budget de Nicolas Sarkozy

Thierry Gaubert, ex-directeur du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant