Sarkozy et la justice : l'affaire des écoutes

le
0
Sarkozy et la justice : l'affaire des écoutes
Sarkozy et la justice : l'affaire des écoutes

 «Jamais dans notre Histoire, un homme public n'a été autant ciblé et visé». C'est son ami proche Brice Hortefeux qui le dit. Les obstacles judiciaires s'accumulent sur le chemin du retour en politique de Nicolas Sarkozy. Karachi, les écoutes, les sondages, Bygmalion... Au total, nous avons recensé pas moins de 11 affaires auxquelles est lié de près ou de loin l'ancien président de la République.

L'affaire des écoutes en deux mots

Les juges accusent Nicolas Sarkozy d'avoir tenté, avec l'appui de son avocat Thierry Herzog, d'obtenir des informations dans une procédure le concernant auprès d'un magistrat de la cour de cassation, Gilbert Azibert. En échange de son appui pour une mutation à un poste de prestige à Monaco, Nicolas Sarkozy voulait d'Azibert qu'il le prévienne- voire qu'il l'influence - d'une décision imminente de la Cour de cassation concernant la mise à disposition de ses agendas aux juges des affaires Bettencourt et Tapie.

L'avancée de la procédure

Cette affaire est la plus dangereuse à l'heure actuelle pour Nicolas Sarzkoy, qui a été mis en examen, une première. Les deux autres protagonistes ont également été mis en examen. L'enquête a été entièrement menée à partir d'écoutes des conversations téléphoniques entre les 3 hommes. Des écoutes dont l'ancien président conteste la légalité, puisqu'initialement, son placement sur écoutes avait en été décidé dans le cadre d'une toute autre affaire. La justice a d'ailleurs suspendu l'enquête le temps d'examiner son recours.

L'implication de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy est mis en examen pour corruption active, trafic d'influence et recel de violation du secret professionnel.

La fiche technique

Date des faits reprochés : 2013

Date d'ouverture de l'enquête : le 26 février 2014

Chefs d'accusations cités dans l'affaire : violation du secret de l'instruction, trafic d'influence, corruption

Autres personnes visées :

Gilbert ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant