Sarkozy engage des poursuites sur les enregistrements de Buisson

le
5
RPT-SARKOZY ENGAGE DES POURSUITES SUR LES ENREGISTREMENTS DE BUISSON
RPT-SARKOZY ENGAGE DES POURSUITES SUR LES ENREGISTREMENTS DE BUISSON

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy et son épouse vont engager des poursuites judiciaires en urgence pour atteinte à l'intimité de la vie privée après la publication d'enregistrements effectués à l'Elysée par Patrick Buisson, ont annoncé jeudi leurs avocats.

La saisie, par voie d'un référé, du Tribunal de grande instance de Paris, peut avoir pour objectif d'arrêter la publication des enregistrements effectués par celui qui fut le conseiller de l'ancien président et dont certains ont été diffusés par la presse, souligne-t-on de source judiciaire.

Ces poursuites visent en effet non seulement la captation et l'enregistrement des conversations mais aussi leur diffusion.

"Monsieur Nicolas Sarkozy et Madame Carla Bruni-Sarkozy ne peuvent (...) accepter que des propos, tenus à titre privé, aient été enregistrés et soient diffusés sans leur consentement, la protection du secret des conversations privées constituant (...) l'un des fondements d'une société démocratique", écrivent dans un communiqué Me Thierry Herzog et Richard Malka.

L'atteinte à l'intimité de la vie privée est punie d'un an d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende.

L'avocat de Patrick Buisson a confirmé mardi l'authenticité d'un enregistrement d'une réunion de travail à l'Elysée dont des extraits ont été retranscrits par Le Canard enchaîné et diffusés par le site Atlantico.

Me Gilles-William Goldnadel a annoncé jeudi sur BFM TV que Patrick Buisson avait décidé de son côté de porter plainte contre X pour vol des enregistrements et "usage malveillant".

CONTRE-ATTAQUE DE BUISSON

Selon l'avocat, ces enregistrements ont été dérobés à l'ancien conseiller par une personne mal intentionnée. "Qui avait intérêt, maintenant, à ce moment précis, à faire connaître ces enregistrements? C'est une question à laquelle la justice va répondre", a-t-il dit.

Le fils unique de Patrick Buisson, qui est en conflit avec son père, affirme au Monde, paru jeudi, que son père avait distribué ses bandes auprès de plusieurs proches, "plutôt des membres de la famille ou d'anciens collaborateurs".

Interrogé par le quotidien, qui évoque un règlement de comptes privé, Georges Buisson précise avoir aidé son père à copier les fichiers de son dictaphone vers un disque dur mais nie être la "gorge profonde" du Canard enchaîné et d'Atlantico.

Me Gilles-William Goldanel avait affirmé mercredi soir sur Canal + que Nicolas Sarkozy savait que son client enregistrait les réunions de travail.

"Jamais M. Buisson n'a enregistré à son insu M. Sarkozy", a-dit, précisant que certains conseillers prenaient des notes, que d'autres avaient leur portable sur la table, et que Patrick Buisson utilisait pour sa part un dictaphone.

Dans leur communiqué, les avocats de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni affirment pourtant que les propos, tenus à titre privé, ont été enregistrés et diffusés "sans leur consentement".

La publication mardi d'extraits de ces enregistrements a eu l'effet d'une bombe au sein de l'UMP.

Le 12 février, Le Point avait affirmé que l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy avait enregistré "des heures et des heures de réunions stratégiques" concernant notamment la campagne présidentielle de 2012.

Il aurait fait de tels enregistrements "à plusieurs reprises" durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy et "à l'aide d'un dictaphone dissimulé dans sa veste", écrivait l'hebdomadaire. Patrick Buisson avait à l'époque protesté contre les accusations contenues dans l'article.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a estimé mercredi matin que l'ancien chef de l'Etat devait porter plainte.

(Chine Labbé et Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.tavern le jeudi 6 mar 2014 à 14:16

    Depuis Charles de Gaulle et Georges Pompidou (ma jeunesse) nos politiques sont devenus bien médiocres et hélas le mode de scrutin binaire Vème République (pour ou contre sans autre choix) nourrit la médiocrité c.à.d. une fois l'un et après au tour de l'autre candidat bidon pour se faire un max de fric légal

  • M3435004 le jeudi 6 mar 2014 à 13:46

    on seulement la captation et l'enregistrement des conversations mais aussi leur diffusion. Qui est a donné les enregistrements aux médias ? A qui profite le crime ?

  • d.e.s.t. le jeudi 6 mar 2014 à 13:18

    Normal, se faire traiter de "nain" par Buisson n'a pas dû lui faire plaisir, lui qui essaie depuis des décennies d'endosser le costume de de Gaulle, mais il faudrait trop de retouches pour le réduire à sa taille!

  • sergela3 le jeudi 6 mar 2014 à 12:48

    Oui et quand il enregistrait un collaborateur qui le ramenait en voiture il était d'accord!!Il posait des questions ciblées pour avoir des réponses sulfureuses sur les ministres.Sarkosy à raison de porter plainte et j'espère qu'il va plonger grave le Buisson.

  • y.tiruz le jeudi 6 mar 2014 à 12:46

    le gentil Monsieur Nicolas Sarkozy voulait sauver le pauvre M. Buisson , franchementil n'est pas récompensé ... en attendant ils m'ont gentiment jeté la Mouise avec le recul de l'âge de départ, alors ils peuvent ... tous les deux .