Sarkozy en garde à vue : ses soutiens dénoncent un «acharnement»

le
1
Sarkozy en garde à vue : ses soutiens dénoncent un «acharnement»
Sarkozy en garde à vue : ses soutiens dénoncent un «acharnement»

A leurs yeux, c'est clair : «on» essaie «d'abattre» Nicolas Sarkozy. Sans surprise aucune, les partisans de l'ancien chef de l'Etat ont dénoncé avec force, devant micros et caméras, l'«acharnement» dont leur champion est selon eux victime. Le moment choisi pour son placement en garde à vue dans le cadre d'une information judiciaire ouverte le 26 février dernier pour trafic d'influence et violation du secret de l'instruction ne doit, ils en sont convaincus, rien au hasard.

Le député UMP du Nord, Sébastien Huygue, l'a dit sur tous les tons et via de nombreux micros, il est «très surpris que quinze jours après le bruit de l'éventuel retour de Nicolas Sarkozy, il se retrouve en garde à vue». «Cette coïncidence est frappante», glisse-t-il, avant de porter des accusations à peine voilées contre ses adversaires politiques : «A chaque fois que Nicolas Sarkozy bouge une oreille, il y a un épisode judiciaire qui vient bloquer son retour (....) On essaie de s'acharner contre un homme politique parce qu'il fait peur à certains autres.» Pour lui, pas de doute «on essaie d'abattre» l'ancien président.

«Déferlement de haine»

Déléguée générale adjointe de l'UMP, Valérie Debord enchaîne, sur BFMTV : «A chaque fois qu'il évoque son éventuel retour aux affaires, étonnamment, il est inquiété par une affaire de justice qui immédiatement fait pschitt.» «L'acharnement est tel contre l'ancien président de la République...» soupire l'ex-députée.

Le député UMP du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle aussi est «troublé». Et «choqué par le fait que le gouvernement et la justice ne mettent pas les mêmes moyens pour lutter contre la délinquance». «Jamais on aura affublé un ancien président d'un tel traitement, d'un tel déferlement de haine», renchérit le député-maire de Nice, Christian Estrosi, qui pense à son «ami». «Tout citoyen a droit à la présomption d'innocence surtout quand on s'acharne sur lui», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 1 juil 2014 à 14:45

    Ce n'est pas un acharnement, ce n'est que la suite donnée à un bandit.