« Sarkozy, c'est le verbe haut... et des demi-mesures  »

le
3

Vous êtes toujours à 1 % dans les sondages, pourquoi persistez-vous à vous présenter ? JEAN-FRANÇOIS COPÉ. Les sondages sont-ils les seuls à pouvoir déterminer qui peut se présenter à une élection ? Les campagnes sont des moments de vérité. On a bien vu jeudi dernier au débat de TF 1 que les lignes peuvent bouger. En vérité, hormis Alain Juppé, tout le monde est mécontent de ces sondages. Quant à moi, je ne risque pas de baisser... Cette candidature, deux ans après l'affaire Bygmalion, c'est aussi la bonne fenêtre de tir pour revenir dans le jeu politique ? Oui, c'est vrai. Vrai aussi que, pour moi, le véritable déclencheur, c'est que mon honnêteté ait été confirmée par les magistrats. Près d'une quinzaine de personnes, dont Nicolas Sarkzoy, ont été mises en examen dans cette affaire. Si j'avais été mis en examen, je n'aurais pas été candidat. L'antisarkozysme, c'est votre moteur ? Je suis très offensif, oui, mais pas plus à l'endroit de l'un que des autres. Si, quand même... Avec lui comme avec François Fillon, j'ai des divergences de fond. L'enjeu de cette campagne, c'est la crédibilité. Les Français que j'ai rencontrés m'ont tous dit la même chose : « On ne croit plus la droite, parce que lorsque vous étiez au pouvoir, vous n'avez pas fait ce pour quoi vous avez été élus. » Sarkozy aussi a une ligne très droitière. Quelle est votre originalité par rapport à lui ? J'ai imaginé le concept de droite décomplexée au lendemain de la défaite de 2012. La droite décomplexée, ça n'a jamais été une droite extrémiste, excessive. C'est une droite qui doit être elle-même. Je n'ai jamais pensé qu'on gagnerait une élection en allant reprendre les propositions du Front national. Sarkozy court après le Front national ? Non. Mais quand on dit qu'on va faire des référendums pour aller ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1461628 il y a 8 mois

    Je préfère les gens qui assument leurs responsabilités y compris judiciaire pour Juppé à ceux qui fuient et se défilent en proférant des mensonges de meetings( spectacles fan club )en meetings , 3 ans après Bygmalion Sarkozy chef de parti ne sait pas ce qui s'est passé et ne connait plus M.Attal? De qui se moque t’on ? Désolé "le peuple de France " n'est pas un pigeon

  • M1461628 il y a 8 mois

    Populiste arrogant surfant sur les peurs maniant la démagogie et le clivage dans le seul but d'arriver à ses fins .....l'immunité présidentielle ......Sarkozy ment sur Bygmalion comme sur le reste et n'assume aucune responsabilité au fonds cela reflète un mépris profond des français

  • mucius il y a 8 mois

    100% d'accord. Comme tous les frimeurs