Sarkozy aux nouveaux adhérents UMP : «Revendiquer ce devoir d'unité»

le
1
Sarkozy aux nouveaux adhérents UMP : «Revendiquer ce devoir d'unité»
Sarkozy aux nouveaux adhérents UMP : «Revendiquer ce devoir d'unité»

Nicolas Sarkozy recevait ce samedi matin, à 10h30, au siège de l'UMP, rue de Vaugirard à Paris (XVe), un millier de nouveaux adhérents. La réunion, initialement prévue samedi dernier, avait été reportée pour cause de suite des attentats, au lendemain de la prise d'otages de la porte de Vincennes et de la mort d'Amedy Coulibaly et des frères Kouachi.

Ouverte à la presse, cette intervention a aussi donné lieu à un «live tweet» par les soins de son équipe. Et c'est bien sûr à l'actualité des dix derniers jours que le président de l'UMP a consacré son intervention, après des prises de parole de David Douillet et de Bruno Le Maire, qui réclame au gouvernement d'instaurer rapidement «un droit implacable pour les terroristes» et la révision des «choix diplomatiques». 

«L'horreur des attaques que la France a vécues doit conduire notre pays à regarder la vérité en face», a commencé Nicolas Sarkozy. «Jamais, depuis plus d'un demi-siècle, notre pays n'a été autant meurtri par la barbarie djihadiste», a-t-il affirmé, raccourcissant le temps entre la barbarie nazie de la Seconde guerre mondiale et l'irruption du terrorisme jihadiste sur le sol français en'95, avec, notamment, l'attentat dans le RER B à la station Saint-Michel.

Jamais, depuis plus d'un demi-siècle notre pays n'a été autant meurtri par la barbarie djihadiste.-- Nicolas Sarkozy (@NicolasSarkozy) 17 Janvier 2015

«Jamais, depuis un demi-siècle notre civilisation n'avait été attaquée avec une telle haine. Je dis civilisation», répète Nicolas Sarkozy, en prononçant plus distinctement le mot. «Ce n'est pas simplement une question de liberté d'expression. C'est une affaire de civilisation qui est attaquée par des barbares». Jeudi 8 janvier, au lendemain de l'attaque à Charlie Hebdo, et alors qu'aucun lien n'avait encore été établi entre les frères Kouachi et l'auteur, en fuite, de la mort d'une policière municipale à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gustav10 le samedi 17 jan 2015 à 13:31

    Les politiques ne s'intéressent qu'à leur réélection. Ils ne s'intéressent plus à la France depuis la présidence de VGE. Ce sont les français qui sont descendus dans les rues et les politiques n'ont fait que les suivre par intérêt personnel.