Sarkozy assume son discours de Grenoble, mais sans les Roms

le
0
NICOLAS SARKOZY ASSUME SON DISCOURS DE GRENOBLE, MAIS SANS LES ROMS
NICOLAS SARKOZY ASSUME SON DISCOURS DE GRENOBLE, MAIS SANS LES ROMS

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy n'évoquerait pas les Roms s'il devait à nouveau prononcer le discours de Grenoble, l'intervention sécuritaire la plus musclée de son quinquennat, a-t-il déclaré dans une interview publiée mercredi par le Dauphiné Libéré.

Venu installer un nouveau préfet à Grenoble après des troubles dans un quartier fin juillet 2010, le chef de l'Etat avait annoncé une série de mesures qui ont provoqué la controverse, stigmatisant notamment les Roms, dont il entendait contenir l'immigration et démanteler les camps illégaux.

A la question de savoir s'il prononcerait à nouveau ce discours, Nicolas Sarkozy répond au Dauphiné Libéré : "Oui, mais sans parler d'une communauté en particulier".

"La sécurité est la première des libertés. Je reste donc totalement mobilisé sur ce sujet avec notamment des propositions sur le renforcement de l'exécution des peines et la réforme de la justice des mineurs qui doit mettre fin à leur sentiment d'impunité", ajoute-t-il.

Dans ce discours, il avait établi un lien entre immigration et insécurité et indiqué son souhait d'installer des peines incompressibles de 30 ans pour les assassins de policiers ou de gendarmes.

Il avait estimé en outre que la nationalité française devait pouvoir être retirée "à toute personne d'origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d'un fonctionnaire de police ou d'un militaire de la gendarmerie ou de toute autre personne dépositaire de l'autorité publique.

Yann Le Guernigou, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant