Sarkozy a voulu rassurer les gendarmes

le
2
Face à un public attentif, dans ces Hauts-de-Seine qui furent son berceau politique et électoral, Nicolas Sarkozy a défendu pied à pied ses résultats en matière de sécurité.

«Le caractère militaire de la gendarmerie demeure et demeurera.» Cette phrase prononcée par le chef de l'État lundi a valeur de promesse. Devant un parterre impressionnant de gendarmes de tous grades, sur le nouveau site de la Direction générale de la gendarmerie nationale, à Issy-les-Moulineaux, Nicolas Sarkozy a sans doute voulu tordre le cou à une rumeur persistante - «une rumeur savamment entretenue par certains à gauche», dit-on au ministère de l'Intérieur, et selon laquelle l'une des premières décisions que prendrait le président de la République, s'il était réélu, serait la fusion pure et simple de la police et de la maréchaussée. Au détriment donc de cette dernière.

Ceux qui brandissent cette menace, espérant peut-être influencer le vote de ces 100.000 militaires et leurs familles, qui sont autant d'électeurs, auront, en tout cas, entendu le chef des armées assurer lundi que non seulement les gendarmes doivent conserver leur statut, mais que le prés

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Feradur le mardi 14 fév 2012 à 08:18

    Pourtant ce serait un matelas d'économie que de fusionner les 2 corps de métier.

  • patr.fav le lundi 13 fév 2012 à 22:51

    il n'a jamais tenu ses promesses!!!!!!pourquoi celle là!!