Sarkozy à Nancy : «François Hollande ment le matin, le midi et même le soir»

le
12
Sarkozy à Nancy : «François Hollande ment le matin, le midi et même le soir»
Sarkozy à Nancy : «François Hollande ment le matin, le midi et même le soir»

Des drapeaux français et européens en nombre sur la scène. Tout miel, Nadine Morano, la régionale de l'étape, et Luc Châtel, patron par intérim de l'UMP, dans des fauteuils sombres tandis que Nicolas Sarkozy fustige François Hollande. En meeting à Nancy (Meurthe-et-Moselle) dans le cadre de sa campagne pour la présidence de l'UMP, l'ancien président de la République a voulu contrarier les enquêtes d'opinion qui lui promettent un chemin difficile après le congrès de novembre. 

Devant près de 2000 militants conquis d'avance, Nicolas Sarkozy a fustigé lundi le bilan de son successeur à l'Elysée. Et le Sarkozy de 2014, qui dit avoir changé, a retrouvé des accents de l'entre-deux tours de 2012 en traitant son successeur de menteur. «Pendant deux ans et demi, le mensonge a été érigé en principe politique», a tonné Nicolas Sarkozy devant son public, accusant son successeur d'«abaisser la République et la démocratie. (...) François Hollande ment le matin, le midi et même le soir».

Réforme des allocations familiales, renoncement à l'écotaxe...

Pendant près d'une heure et demie, le candidat à la présidence de l'UMP a multiplié les attaques contre le gouvernement, dénonçant la réforme des allocations familiales, «la méfiance à l'égard de ceux qui travaillent» ou la politique européenne, et renouvelant son appel à «modifier Schengen» (Ndlr : traité européen qui permet la libre-circulation des personnes). A défaut de revoir cette convention, datée de 1985,  «je propose la politique de la chaise vide, comme l'avait fait le général de Gaulle avec la politique agricole commune», a-t-il plaidé.

«Sur la première moitié du mandat de François Hollande, c'est échec sur échec», a encore voulu résumer Nicolas Sarkozy. «Il devrait commencer par dire: 'Je me suis trompé'», a-t-il estimé, fustigeant «le gouvernement qui n'a plus la moindre autorité pour faire passer un projet». La salle avait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • q2lamrd le mercredi 5 nov 2014 à 10:51

    Lui ce n'est pas une question d'heure dans la journée, c'est chaque fois qu'il ouvre la bouche

  • M7097610 le mardi 4 nov 2014 à 10:02

    parole de professionnel du mensonge et de la galipette ! ce M. Sarkozy-Bismuth est vraiment un clown comme Berlusconi

  • M1765517 le mardi 4 nov 2014 à 09:49

    il nous prouve encore, si besoin était, qu'il est un des as de la carambrouille !On veut Marine !

  • gakoway le mardi 4 nov 2014 à 09:36

    Vous êtes durs avec ce brave homme qui ne pense qu'à la France. Et puis le mensonge c'est quand même un de ces seuls domaines d'expertise...

  • M6418959 le mardi 4 nov 2014 à 09:16

    La noblesse hongoise, de retour?. 1792, cette année là, ne lui rappelle rien. Devrait finir comme son illustre prédécesseur.

  • M6418959 le mardi 4 nov 2014 à 09:12

    Ils se croient indispensables, mais les indispensables peuplent les cimetières. Il peut critiquer, les Français l'ont rejeté en 2012. Pour les politiques, le peuple est incapable de penser, donc, ils se croient investie de missions. Entre leur promesse et la réalité, un énorme fossé sépare le politique du bon peuple de France. Ils ont fait des études supérieures, donc instruits, mais à quel niveau d'intelligence, ce doit être inversement proportionnel. Instruit ne veut pas dire être intelligent!

  • M4958114 le mardi 4 nov 2014 à 09:10

    birmut tu n'as pas menti toi !

  • .jpeg le mardi 4 nov 2014 à 08:47

    c'est inquiétant que de constater le niveau de bêtise que certains peuvent atteindre. On n'est pas sorti de l'auberge pour trouver un consensus national.

  • M3121282 le mardi 4 nov 2014 à 08:39

    il croit qu'il respire la franchise ? lui, l'arracheur de dents des sans dents

  • M2723293 le mardi 4 nov 2014 à 08:36

    je ne sais si vous l'avez remarqué mais il a choisi le mode tremblement pour appuyer son discours. C'est une vieille ficelle de communication pour donner de la sincérité au propos.Il ne trompe que lui-meme.