Sarkozy à la reconquête de l'électorat FN

le
0
Mardi à Longjumeau, le président-candidat a jugé le parti lepéniste «compatible» avec la République.

L'offensive en direction des électeurs du Front national s'accélère. En déplacement mardi à Longjumeau, fief de sa porte-parole Nathalie Kosciusko-Morizet, Nicolas Sarkozy a redit qu'il ne pouvait «pas faire la campagne du deuxième tour comme au premier», parce qu'il fallait «comprendre le vote FN». Sous une pluie fine, le président-candidat a d'abord rendu visite aux commerçants de la ville. Cette «déambulation» a été l'occasion d'une mise au point sur le vote FN. Devant un four à pizza, au comptoir du café L'Excuse, ou sur un trottoir de la rue François-Mitterrand, Nicolas Sarkozy a défendu le droit de s'adresser aux électeurs frontistes, en faisant valoir que le FN était un parti «compatible avec la République». «Ce vote n'est pas répréhensible, a-t-il lancé. S'il l'était, la République lui aurait interdit de se présenter.»

Alors qu'un journaliste lui demandait s'il y avait des «lignes blanches» à ne pas franchir, le président a haussé les sourc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant