Sarkozy : 2017, y penser, sans (trop) le dire

le
0
Sarkozy : 2017, y penser, sans (trop) le dire
Sarkozy : 2017, y penser, sans (trop) le dire

La petite phrase a fait parler hier. Invité sur Europe 1, Nicolas Sarkozy a surpris en confiant que sa candidature à la présidentielle n'était « pas obligatoire ». « Je ne suis pas persuadé d'être toujours le meilleur en tout. Vous voyez, j'ai appris, a-t-il expliqué. Si ce n'est pas moi, ce n'est pas moi. » Dont acte, juge le filloniste Jérôme Chartier, pour qui l'organisation d'une primaire ouverte en 2016 pour départager les candidats révolutionne le culte du chef à droite : « C'est de la lucidité. La primaire a tué le mythe du candidat naturel. Les Français veulent pouvoir choisir et ils le feront, dans les sondages, en février mars 2016. »Mais la sortie de Sarkozy ne trompe personne à droite. Tous y voient une stratégie pour lisser son image. « Il veut montrer qu'il roule pour le parti, pas pour lui. Mais il ne fait pas tout ça pour des prunes ! » sourit un sarkozyste, qui n'a aucun doute sur son désir de briguer l'Elysée. « Il n'a pas changé, c'est Hibernatus. Vous le mettez dans la glace, vous le sortez deux ans plus tard, c'est le même ! Il dit ça pour la galerie », ironise un dirigeant UMP.

VIDEO. Nicolas Sarkozy : « Ma candidature n'est pas obligatoire pour 2017»

Conscient qu'il est trop tôt pour sortir du bois et que les Français n'ont pas la tête à la présidentielle, Sarkozy joue le contre-emploi. On le dit urticant, autoritaire, obsédé par 2017 ? Lui pose en vieux sage, en pater familias qui rassemble la famille et douche les petites querelles. La semaine passée, il a encore réuni NKM et Laurent Wauquiez pour les sommer d'arrêter leurs bisbilles. Il veille à associer tous les ténors du parti.Après Bruno Le Maire, c'est Xavier Bertrand qui présidera avec lui la prochaine réunion des nouveaux adhérents. Calme, cool, zen ? Lui qu'on dit si impatient a poliment écouté toutes les tables rondes du dernier conseil national du parti, parfois franchement rasoirs. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant