Sargsian et Aliev réitèrent leur attachement à la trêve au Haut-Karabakh

le
0
 (Actualisé tout du long) 
    par Lesley Wroughton et Michael Shields 
    VIENNE, 17 mai (Reuters) - Les présidents de l'Arménie et de 
l'Azerbaïdjan, Serj Sargsian et Ilham Aliev, ont réaffirmé lundi 
soir à Vienne leur attachement au cessez-le-feu déjà en place et 
à un règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh, région qui 
a connu un soudain regain des combats début avril. 
    "Les présidents ont réitéré leur engagement en faveur du 
cessez-le-feu et d'un règlement pacifique du conflit", lit-on 
dans un communiqué commun diffusé par les Etats-Unis, la France 
et la Russie. 
    Les deux dirigeants se sont entendus pour finaliser "le plus 
vite possible" un mécanisme de surveillance de la trêve par 
l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en 
Europe), et pour qu'une nouvelle session de discussions ait lieu 
en juin en un endroit qui fera l'objet d'un accord, dans le but 
de reprendre des négociations en bonne et due forme. 
    "Pour réduire le risque de nouvelles violences, ils ont 
accepté de finaliser le plus rapidement possible un mécanisme de 
contrôle de l'OSCE", lit-on également dans le communiqué. 
    Le conflit du Haut-Karabakh -- région peuplée d'Arméniens de 
souche qui a fait sécession d'avec le reste de l'Azerbaïdjan -- 
a éclaté en 1988 et, depuis la fin de l'URSS, l'Arménie et 
l'Azerbaïdjan s'opposent sur le statut de cette région. 
    Ce conflit a repris au début du mois dernier entre les 
forces azerbaïdjanaises et les séparatistes du Haut-Karabakh, 
soutenus par Erevan. Plusieurs dizaines de personnes ont trouvé 
la mort dans les deux camps. Un cessez-le-feu a été conclu le 5 
avril mais il est violé quotidiennement depuis lors, selon des 
sources sur le terrain. 
     
    KERRY VOIT LES DEUX PRÉSIDENTS 
    Le cessez-le-feu a sans doute empêché que le regain de 
combats ne dégénère en une guerre ouverte voici un mois, mais 
des tirs et des pilonnages continuent d'être entendus la nuit, 
rapportent des habitants du Haut-Karabakh. 
    La rencontre à Vienne était la première entre Serj Sargsian 
et Ilham Aliev depuis le regain de violences de début avril. 
Après leur entretien, le chef de la diplomatie russe Sergueï 
Lavrov a dit sentir désormais une volonté de part et d'autre de 
trouver un compromis. Cité par l'agence de presse russe RIA, il 
a dit également que la Russie était prête à faire son possible 
pour faciliter un accord plus satisfaisant. 
    Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui se trouvait à 
Vienne pour des rencontres sur la Syrie et la Libye, a eu des 
entretiens séparés avec Serj Sargsian et son homologue 
azerbaïdjanais. 
    La présidence arménienne a confirmé les détails des 
discussions entre Sargsian et Aliev, indiquant qu'un accord 
avait été trouvé pour renforcer la surveillance du cessez-le-feu 
déjà en place, pour envisager un renforcement de l'équipe de 
l'OSCE dans la région et pour aller vers une reprise des 
négociations sur une solution définitive. 
    Le conflit du Haut Karabakh inquiète la communauté 
internationale car il pourrait engendrer de l'instabilité dans 
une région qui sert de corridor aux oléoducs et gazoducs 
acheminant des hydrocarbures vers les marchés internationaux. 
 
 (Lesley Wroughton; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant