Sarcelles : "Vous allez devoir entendre ce que la société attend de vous"

le
0
Les forces de l'ordre affrontent des manifestants lors d'un rassemblement pro-palestinien interdit, dimanche 20 juillet à Sarcelles.
Les forces de l'ordre affrontent des manifestants lors d'un rassemblement pro-palestinien interdit, dimanche 20 juillet à Sarcelles.

À Pontoise, les prévenus du jour n'avaient rien des grands casseurs. La justice n'en aura pas été moins sévère. À l'heure où le tribunal correctionnel s'apprêtait à statuer mardi soir, Christiane Taubira publiait un communiqué : "Les manifestations de ce week-end ont donné lieu à des débordements de haine et de violence inacceptables. Ces actes doivent être condamnés avec la plus grande fermeté et les sanctions doivent être adaptées à la gravité des faits." Résultat : des condamnations lourdes à des peines de prison ferme et mandats de dépôt pour trois prévenus sur cinq. Le procureur Éric Maurel prévient : "Il faut sanctionner ce type d'attitude qui rompt le pacte républicain, rompt la tolérance." Deux frères, jamais condamnés, s'avancent dans le box. L'un petit, l'autre grand. La mollesse de l'un répondant à la vivacité de l'autre. Le plus jeune des deux frères, 25 ans, jean et tee-shirt, coupe de cheveux à la Olivier Giroud, s'écrie : "On est allés dehors pour aller chercher du pain. On n'avait même pas connaissance de la manifestation." Qu'importe alors si son frère arbore un tee-shirt "Palestine vaincra". "On l'a trouvé dans l'ascenseur", se défend-il. C'est à la sortie de l'immeuble que les versions divergent. Les policiers disent avoir reçu une bouteille en verre à quelques mètres d'eux et n'avoir vu que deux individus dans le secteur partir en courant. "Les faits ne vont pas plus loin", concède le représentant du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant