Sarah Palin, paria dans son «pays»

le
0
Aujourd'hui installée en Arizona, l'ex-gouverneur de l'Alaska est très critiquée dans son ancien État.

Le meilleur moyen de jeter un froid en Alaska, ce n'est pas d'ouvrir la porte en plein blizzard. Il suffit de mentionner innocemment le nom de Sarah Palin. Depuis sa fracassante démission du poste de gouverneur du «49e État» en juillet 2009, à mi-mandat, elle est devenue paria en son pays. «Lâcheuse, cervelle de moineau, bimbo»: les qualificatifs désobligeants pleuvent sur l'ancienne colistière de John McCain à la dernière présidentielle. Gouverneur républicain de l'Alaska élue en 2007, «Mama Grizzly» avait basculé dans une rhétorique ultra-conservatrice durant cette campagne qui devait aboutir à l'éclosion des Tea Party. Elle allait achever de perdre son crédit auprès de ses fidèles l'année suivante, en désertant ses fonctions de gouverneur. «Les gens n'ont pas compris qu'elle soit partie au milieu du gué, souligne Mike Carey, éditorialiste à l'Anchorage Daily News. En Alaska, on n'aime pas les lâcheurs.» Les sondages confirment cette étoile pâlissa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant