Sapin dénonce une éventuelle baisse de l'IS en Grande-Bretagne

le
21
MICHEL SAPIN CONTRE UNE BAISSE DE L'IS EN GRANDE-BRETAGNE
MICHEL SAPIN CONTRE UNE BAISSE DE L'IS EN GRANDE-BRETAGNE

PARIS (Reuters) - Le ministre français des Finances Michel Sapin s'est élevé lundi contre l'intention affichée par son homologue britannique d'abaisser l'impôt sur les sociétés (IS) afin d'atténuer l'impact de la sortie programmée du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Le ministre britannique des Finances George Osborne a dit dimanche dernier au Financial Times qu'il comptait abaisser l'impôt sur les sociétés en dessous de 15% pour réduire les conséquences de la décision du Brexit sur les investissements.

"On ne se sort pas d'une difficulté dans laquelle on s'est mis soi-même en faisant des annonces de cette nature", a déclaré Michel Sapin lors d'un point presse.

Soulignant le caractère cavalier de l'attitude britannique, le ministre français des Finances s'est également montré sceptique sur les bénéfices éventuels d'une telle approche pour la Grande-Bretagne.

"Dans l'Union ou pas dans l'Union, chacun doit avoir un comportement amical", a-t-il dit en jugeant que "ce n'est pas une bonne manière de commencer ce qui n'est même pas une négociation."

"Et d'ailleurs je ne suis pas du tout persuadé que ce soit une bonne chose pour la Grande-Bretagne de répondre à une difficulté de crédibilité, d'attractivité financière par des mesures d'ordre fiscal", a poursuivi Michel Sapin.

Alors que différents responsables européens, dont le ministre de l'Economie français Emmanuel Macron et le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble, se sont déjà élevés contre la concurrence fiscale au sein de l'Union européenne, Michel Sapin a plaidé pour une convergence fiscale mais aussi sociale dans le domaine économique au sein de l'UE.

"Pour ma part, je suis partisan de ce que la France s'inscrive dans une trajectoire de rapprochement des taux d'IS par rapport à la moyenne européenne", a-t-il dit.

Les gouvernements britanniques successifs, travaillistes et conservateurs, n'ont pas attendu le scrutin du 23 juin dernier pour mettre en oeuvre une politique fiscale agressive et l'impôt sur les sociétés britannique a été progressivement réduit ces dernières années.

Actuellement, le taux de l'IS s'élève à 20% en Grande-Bretagne et celui de la France s'élève normalement à 33,33% mais le gouvernement prévoit de le ramener progressivement à 28% dans le cadre du "pacte de responsabilité".

Pour les entreprises réalisant un chiffre d'affaires supérieur à 250 millions d'euros, s'y ajoute jusqu'à la fin 2016 une contribution exceptionnelle à l'impôt sur les sociétés, dont le taux s'élève à 10,7%.

(Michel Rose et Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sibile il y a 5 mois

    ce n'est pas Goldman Sachs qui décide du taux d'imposition des sociétés en France

  • nab1234 il y a 5 mois

    rien ne l'interdit de faire pareil sauf que nous ne pouvons pas faire ce qu'on veut car nous ne somme pas maitre de notre monnaie mais esclave de goldmann sachs et son employé mario draghi (BCE).

  • sibile il y a 5 mois

    il y a des pays qui savent qu'accabler les gens d'impôts ne favorise pas à l'économie ; malheureusement les socialistes ne l'ont toujours pas compris

  • Revlon9 il y a 5 mois

    Sapin se prend pour theresa may ?!?

  • UBOAT il y a 5 mois

    Et de quoi je me mêle ...

  • kejocol il y a 5 mois

    Sapinou reagit un peu tard car l'annonce de baisser l'IS a 15% date depuis 2 semaines. et puis il a plus rien a dire car les anglais ne font plus partie de l'Europe, donc ils font ce qu'ils veulent sans passer par Bruxelles. justement ils baissent l'IS pour garder les entreprises et Uk va devenir un paradis fiscal pour les entreprises, c'est déjà le cas mais ca va empirer pour la France.

  • M3366730 il y a 5 mois

    ET CHEZ NOUS C'EST ROYAL : https://www.contribuables.org/2016/05/michel-godet-la-mere-des-reformes-est-la-reduction-des-depenses-publiques/ En 1980, la dette publique a atteint 20 % du PIB, dernière année excédentaire. Aujourd’hui, 96 % ou 97 %, et bientôt 100 % du PIB. Les recettes ne sont plus ajustées sur les dépenses. Les prélèvements sont augmentés pour justifier les dépenses.

  • M3366730 il y a 5 mois

    I.S. : 15% en Angleterre et 33% en France (le pays de la C.E.E. qui taxe le +) ou est l'erreur !!!

  • M1903733 il y a 5 mois

    C'est de l'ingérence vos propos M. Sapin

  • dotcom1 il y a 5 mois

    Pour Sapin, on attire les entreprises en les taxant à mort. L'absence de chômage en France prouve qu'il a raison.