Santé : voici le palmarès des métiers où l'on bouge le moins

le
0
Santé : voici le palmarès des métiers où l'on bouge le moins
Santé : voici le palmarès des métiers où l'on bouge le moins

Le terme d'actif pour désigner les personnes qui travaillent n'a jamais été autant usurpé ! C'est la conclusion qui saute aux yeux à la lecture de l'étude « Bien-être en entreprise »* que nous dévoilons. Elle a été réalisée auprès de salariés, fonctionnaires, cadres ou commerçants par Withings, le leadeur de la santé connectée en France, qui a décortiqué leur mode de vie au boulot. Surprise : travailler rend en réalité... inactif.

Le syndrome de la chaise de bureau. « Deux tiers des personnes interrogées reconnaissent ainsi rester assises la plupart du temps à leur bureau », explique Alexis Normand, directeur du développement des activités santé de Withings. Une contrainte liée à leur emploi mais qui peut être contournée en se levant et en effectuant quelques pas une fois toutes les heures, par exemple à l'occasion d'une conversation téléphonique. Et ce n'est pas la seule mauvaise habitude des salariés français. 41 % déjeunent régulièrement à leur bureau. C'est mieux qu'aux Etats-Unis, où c'est le cas de 56 % des salariés. Mais ils ratent ainsi une des rares occasions de la journée de bouger un peu, ne serait-ce que pour rejoindre la cantine ou le bistrot du coin, voire pour aller jusqu'au parc voisin manger un sandwich. Encore plus dommageable : 20 % des Français sautent le déjeuner. « Or il est reconnu que, quand on affame son corps, on stocke d'autant plus au repas suivant », glisse Alexis Normand.

Les médecins, mauvais élèves. Toutes les professions ne sont pas égales face à cette sédentarité. Coincés derrière leur volant, les chauffeurs de taxi ou de camion sont parmi les plus mauvais élèves (avec les juristes). 28 % d'entre eux font moins de 4 000 pas par jour alors qu'il est recommandé d'en aligner 7 000, l'idéal étant d'atteindre les 10 000. Les employés de bureau arrivent juste derrière avec 25 % de sédentaires. Les professionnels de santé, que l'on pourrait croire plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant