Santé : traiter les causes du mal de tête

le
0
Quand on a mal à la tête, on a le réflexe du cachet. Ce geste attaque les symptômes, mais pas les origines des céphalées. Voici leurs causes les plus fréquentes et les traitements qui les font disparaître.
Pourquoi a-t-on mal à la tête?

On appelle céphalée le mal de tête localisé au niveau des tempes. Ce symptôme témoigne d'une augmentation de la pression dans les vaisseaux irriguant le haut du crâne. Le mal de tête se déclenche aussi lorsque le sang, épaissi par la déshydratation, circule moins bien: c'est la céphalée résultant d'une forte consommation d'alcool, qui tend à réduire la teneur en eau de l'organisme.

Lorsque les céphalées sont récurrentes, elles révèlent un déséquilibre pouvant entraîner de sérieuses complications. Plutôt que d'absorber des antalgiques, il vaut mieux consulter son médecin pour aborder directement les causes du mal de tête.

À noter: attention à bien distinguer les céphalées des migraines et des douleurs méningitiques. La migraine envahit l'ensemble du visage, tandis que la méningite touche la nuque et le cou.

L'hypertension, importante cause de céphalée

Quand on est sujet à l'hypertension, on souffre très souvent de céphalées le matin, au réveil et après un repas copieux. Les corps gras, présents en excès dans le sang, le rendent plus épais. En se déposant sur les parois des vaisseaux, ils en diminuent également le diamètre au fil du temps. Les maux de tête deviennent plus douloureux, même si l'hypertension reste stable de son côté.

Afin de faire disparaître ces céphalées, il faut suivre un traitement à base d'inhibiteurs d'enzymes et revoir sérieusement son hygiène de vie. L'arrêt du tabac est impératif, la réduction de la consommation d'alcool l'est tout autant. On doit également améliorer son équilibre alimentaire. Encadrées par votre généraliste, ces mesures apportent une amélioration au bout de quelques semaines, mais elles demandent une stabilisation sur six mois au minimum.

Si vous n'avez pas de mutuelle ou d'assurance santé, vous devrez régler 30% du tarif des consultations et 35 à 100% des médicaments ou des substituts.

Le rôle du manque de sommeil

Source de stress, le manque de sommeil augmente la production d'adrénaline et de cortisol. Ces hormones accélèrent le rythme cardiaque, ce qui a pour conséquence une pression sanguine plus élevée, facteur déclenchant du mal de tête.

Si votre déficit de sommeil provient de mauvaises habitudes, vous pouvez essayer de dormir davantage le week-end par exemple. Mais il y a fort à parier que vos sécrétions hormonales vous tiendront éveillé malgré vous.

Pour lutter contre les maux de tête liés aux glandes hormonales, vous devez consulter un endocrinologue en respectant le parcours de soins coordonnés. Effectués en milieu hospitalier, les examens par IRM génèrent un important ticket modérateur, mais si vous détenez une complémentaire santé, vous n'aurez pas à vous en soucier.

L'anémie, à relier aux céphalées

Très fréquente chez les personnes âgées, l'anémie crée des céphalées modérées mais persistantes, qui ne sont pas toujours associées à ce manque de fer. Il en va de même chez les femmes pendant leurs règles.

L'éradication du mal de tête causé par l'anémie passe par un bilan complet. En effet, votre médecin doit s'assurer que vous ne présentez pas de terrain inhibant l'absorption des composés ferreux. Ensuite, la supplémentation en fer vous est prescrite avec les vitamines indispensables à son utilisation. Une amélioration se produit dès les premières semaines du traitement.

Bon à savoir: les états cancéreux sont, eux aussi, vecteurs d'anémie et de maux de tête, car ils abaissent la quantité des globules rouges contenant les réserves en fer de l'organisme.

Pour trouver une meilleure assurance santé, demandez conseil à un courtier en assurance santé.

» Optimisez vos remboursements santé grâce à CPLUSSUR.com.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant