Santé : SOS médecins a rejoint la grève des blouses blanches

le
3
Santé : SOS médecins a rejoint la grève des blouses blanches
Santé : SOS médecins a rejoint la grève des blouses blanches

L'association SOS Médecins a rejoint dès ce lundi 8 heures  le mouvement de grogne du monde médical mais toutes ses structures sont réquisitionnées pour faire face aux risques de pénurie et à l'afflux de patients aux urgences. SOS Médecins participera, jusqu'à mercredi, au mouvement d'interruption d'activité des médecins libéraux, lancé jusqu'au 31 décembre et dont le taux de participation «restera très élevé» dans les jours qui viennent, de l'ordre de 80%, selon le principal syndicat de médecins libéraux, la CSMF.

D'ores et déjà, les réquisitions des quelque 1 000 médecins de l'association, qui ne couvraient que des périodes de nuit (20 heures-8 heures), ont été étendues, explique son président Dominique Ringard.  «Les 64 structures sont réquisitionnées : certaines en journée et la nuit, d'autres que la nuit. A Sens dans l'Yonne, SOS Médecins a été réquisitionné du 23 décembre au 6 janvier», dit-il.

«On croule sous les appels»

«Nous sommes réquisitionnés à tour de bras. Les urgences sont, malgré ce que dit la ministre de la Santé Marisol Touraine, hyper débordées» comme à Doullens (Somme) où elles ont doublé leur activité et «sont en saturation», ou à Beauvais, où le SAMU «a failli exploser samedi midi», tandis que celui de l'Oise «était au bord du gouffre». «On croule sous les appels, par exemple à Amiens (Somme), le lendemain de Noël on a eu 570 appels, on a vu 400 patients», assure le président de SOS Médecins.

Comme les médecins libéraux, l'association est opposée à la généralisation du tiers payant, un dispositif prévu par le projet de loi santé qui est «matériellement hyper compliqué». L'association fustige surtout un projet de texte qui «aggrave encore les choses» en renforçant les «pouvoirs déjà énormes» accordés aux directeurs des agences régionales de santé.

«Qu'on nous laisse travailler 24 heures/24»

Actuellement, en Nord-Pas-de-Calais et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le dimanche 28 déc 2014 à 18:10

    Si le mouvement s'étend, Touraine peut préparer ses cartons et ses valises !

  • M5441845 le dimanche 28 déc 2014 à 18:03

    La réquisition est une arme a double tranchant. Elle est systématique dans les grèves du corps médical. La ministre peut dire qu'il y a "peu de perturbations". Mais comme les grévistes continuent a travailler normalement (avec un simple badge "en grève") ils sont inciter a poursuivre la grève longtemps puisqu'elle n'a pas de conséquence.. Ça risque de durer...

  • M3366730 le dimanche 28 déc 2014 à 17:35

    Enfin, les fourmis commencent à se mettre en grève, peut être que les cigales vont devoir travailler un peut plus !