Santé : on n'a jamais attendu autant pour soigner sa vue

le
1
Santé : on n'a jamais attendu autant pour soigner sa vue
Santé : on n'a jamais attendu autant pour soigner sa vue

À partir de demain, Journée mondiale de la vue, et pendant une semaine jusqu'au 18 octobre, on pourra faire tester sa vision gratuitement. Une initiative qui tombe à pic : les délais d'attente pour obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologiste n'ont jamais été aussi longs. Selon les données que nous avons recueillies auprès du Syndicat national des ophtalmologistes, il faut maintenant 108 jours en moyenne pour consulter. Certains cabinets ont jusqu'à un an d'attente ! C'est particulièrement vrai en province, notamment dans la Loire et dans le Finistère, où l'on tourne autour des 200 jours. L'Ile-de-France est mieux lotie, notamment à Paris et dans l'Ouest parisien, mais la Seine-et-Marne et l'Essonne connaissent eux aussi des problèmes, avec trois à six mois de délais.

Une majorité de Français voit mal de près

Conséquence inédite : les Français sont de moins en moins nombreux à consulter, selon le baromètre 2014 de la santé visuelle, ils étaient 72 % à avoir fait contrôler leur vue au cours des deux dernières années, ce qui est recommandé. Ce chiffre était de 78 % en 2013. Ceux qui ne se résignent pas n'hésitent plus à faire des centaines de kilomètres pour prendre un rendez-vous à Paris intra-muros.

Comment en est-on arrivé là ? Ce phénomène s'explique par un nombre élevé de départs en retraite de ces professionnels, pas compensé par l'arrivée de nouveaux ophtalmos. Pendant des années, l'Etat n'a pas ouvert assez de postes en ophtalmologie dans les facultés de médecine. Un paradoxe, alors qu'aujourd'hui c'est la spécialité la plus demandée par les internes, selon une étude du ministère de la Santé publiée lundi. A cela s'ajoutent les choix de ces professionnels libéraux, que personne ne peut contraindre à s'installer dans des déserts médicaux.

Au ministère, on met en avant des décisions récentes. « Nous avons fait un effort sans précédent en augmentant fortement le nombre de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • digby le mercredi 8 oct 2014 à 08:22

    c'arrive quand on essais de reglementer les proffessionsvivre la concurrence libre !!!