Santé : les réseaux de soins font chuter les factures de 10 à 50 %

le , mis à jour à 09:47
4
Santé : les réseaux de soins font chuter les factures de 10 à 50 %
Santé : les réseaux de soins font chuter les factures de 10 à 50 %

Efficaces, les réseaux de soins. Arrivés au début des années 2000, sous l'impulsion de groupes d'assureurs complémentaires voulant endiguer la hausse continue du prix de certains soins, les réseaux ont été vite soupçonnés par les syndicats professionnels de vouloir faire main basse sur l'activité libérale. L'Observatoire citoyen des restes à charge l'assure, quinze ans plus tard, ils ont permis de réduire la facture des patients.

 

Quarante millions de Français ont aujourd'hui accès à ces réseaux d'opticiens, dentistes, audioprothésistes, ostéopathes, chiropracteurs et diététiciens. Ces professionnels passent un contrat de modération tarifaire en échange d'un flux de clientèle. Les médecins, en revanche, ne peuvent y exercer. Selon l'Observatoire, « les diminutions tarifaires des professionnels de santé partenaires de ces réseaux varient de 10 à 50 % » par rapport au prix moyen du marché.

 

Sous-utilisés par manque d'information

 

C'est l'institut Asterès, présidé par l'économiste Nicolas Bouzou, qui a mené l'étude pour l'Observatoire. Publiée hier, elle indique que « les prix ont baissé de 19 % en moyenne sur le dentaire, soit un gain moyen de 343 € pour un acte ». Ainsi, le montant moyen d'un devis de prothèses s'élève à 1 791 € hors réseau, contre 1 447 € dans le réseau Santéclair, par exemple.

 

En audition, où les prix sont aussi opaques que prohibitifs, la facture moyenne chute de 30 %, soit un gain moyen de... 821 €. Le recours à ces réseaux a ainsi permis d'économiser 1 Md€ en 2015. Si une grande partie est d'abord allée dans la poche des complémentaires, « dans un cas sur dix elles ont permis d'annuler le reste à charge pour le patient », indique Nicolas Bouzou. Les plates-formes chargées au sein de ces réseaux de soin de mettre en relation les patients et les professionnels de santé exercent aussi un contrôle. « Ainsi, en optique, 7 % des devis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a un mois

    Tout ça me rappelle une anecdote amusante, un jour où mon dentiste était en congés j'ai été obligé de consulter un gougnafier qui lui devait faire 10.000 euros mensuels, il y a avait une extraction à faire : il me dit, moi les extractions je ne fais pas, allez voir un stomatologue (catégorie II avec dépassements illimités), là j'ai vu le prix réel d'une extraction dentaire.

  • frk987 il y a un mois

    Pour fififif2 : je crois que vous méconnaissez la profession de dentiste, sur les soins conservatoires ils sont déficitaires donc ils se rattrapent logiquement sur les prothèses et les implants. j'insiste lourdement mais sur l'extraction d'une dent de sagesse, la plaisanterie leur coûte du fric, comme me dit mon dentiste, ça permet de se maintenir à niveau sur les actes chirurgicaux mais financièrement c'est une catastrophe.

  • M1945416 il y a un mois

    ils sont ou ces réseau de soins ?? en grande vile ?? jamais entendu parler de ces réseau ..

  • fififif2 il y a un mois

    Un dentiste gagne en moyenne 10 000 € par mois donc y a encore de la marge .....