Santé : la Mutuelle des étudiants dans le collimateur de la Cour des comptes

le
5
Santé : la Mutuelle des étudiants dans le collimateur de la Cour des comptes
Santé : la Mutuelle des étudiants dans le collimateur de la Cour des comptes

Chaque année, environ 1,7 million d'étudiants sont tenus de s'affilier à une mutuelle étudiante pour se faire rembourser leurs soins, y compris pour assurer leur couverture maladie de base. Or, selon Le Monde, un rapport de la Cour des comptes sur le système de sécurité sociale étudiante, qui doit être rendu public en septembre, étrille les différentes mutuelles et en particulier La Mutuelle des Etudiants à laquelle adhèrent plus de la moitié des étudiants.

Globalement, les magistrats de la rue Cambon pointent «une qualité de services (...) globalement très insatisfaisante» et des «coûts de gestion élevés avec une faible productivité» pour les onze mutuelles régionales, regroupées dans le réseau Emevia, et la mutuelle nationale, La Mutuelle des étudiants (LMDE).

Ce sont surtout les pratiques de La Mutuelle des étudiants qui sont dans l'oeil du cyclone. Selon le Monde, la Cour a mené une enquête de satisfaction auprès de plus de 1 700 personnes affiliées à la LMDE. Or, la note moyenne de satisfaction est d'à peine 2,33 sur 5, soit le plus mauvais score de toutes les mutuelles étudiantes, globalement toutes mal notées. «Des chiffres qui viennent démentir les 88 % de personnes satisfaites vantées dans les enquêtes de satisfaction autoproduites par la LMDE, note avec malice la Cour», selon le Monde.

Retards chroniques, accueil téléphonique minimal

Les raisons de cette insatisfaction sont nombreuses: la LMDE n'est en mesure de répondre qu'à un appel téléphonique sur 14. En février, plus de 200 000 courriers adressés à la mutuelle étaient en attente de suivi et les retards de traitement des feuilles de soins sont chroniques. Par ailleurs, la LMDE, comme les autres mutuelles étudiantes, accuse un important déficit de développement des services en ligne. Par ailleurs, les délais pour éditer les cartes Vitale sont particulièrement longs : «Neuf mois après leur inscription, 10 % des étudiants n'en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mercredi 17 juil 2013 à 17:35

    En 1998, M. Désir a écopé de dix-huit mois de prison avec sursis et 30 000 francs d'amende pour "recel d'abus de confiance ".****M. Cambadélis, lui, a été reconnu coupable en 2006 dans l'affaire des emplois fictifs de la Mutuelle nationale des étudiants de France (MNEF). Condamné à six mois de prison avec sursis et 20 000 euros d'amende, il avait été rémunéré par la mutuelle proche du PS entre 1991 et 1995, à hauteur de quelque 620 500 francs au titre d'une activité fictive de conseil......

  • JODHY le mercredi 17 juil 2013 à 15:47

    pompe afric du ps

  • mjjmimi le mercredi 17 juil 2013 à 15:29

    Mnef: pompe à fric pour le PS. Les sous-fifres sont allés porter les valises en Suisse, certains sont allés en taule...

  • .jpeg le mercredi 17 juil 2013 à 15:05

    Scandaleuse Mnef, vache à lait socialiste ayant financée DSK, Dray, Désir and co en son temps mais qui traine les pieds quand il s'agit d'indemniser les étudiants : tout un symbole.

  • M4960905 le mercredi 17 juil 2013 à 15:00

    DSK et Cambadéliste avaient déjà en leur temps été inquiétés pour des manoeuvres peu orthodoxes au détriment des mutuelles d'étudiants