Santé : l'eau du robinet encore polluée chez 1,5 million de Français

le
0
Santé : l'eau du robinet encore polluée chez 1,5 million de Français
Santé : l'eau du robinet encore polluée chez 1,5 million de Français

Malgré quelques progrès depuis deux ans, près de 1,5 million de Français reçoivent encore une eau trop polluée au robinet, a souligné mercredi l'association UFC-Que Choisir, pointant l'agriculture comme cause principale des pollutions.

Par rapport à sa dernière carte de la qualité de l'eau en France établie en 2012, l'association de consommateurs se réjouit que 280 000 Français supplémentaires bénéficient d'une eau conforme à la réglementation sur les six critères étudiés (qualité bactériologique, teneur en aluminium, pesticides, nitrates, sélénium et radioactivité). «Près de 98%» des Français ont «donc accès tout le long de l'année à une eau de bonne qualité», ajoute-t-elle.

En revanche, 1,48 million de consommateurs «continuent à payer pour une eau non conforme», regrette l'association, qui s'appuie sur les résultats d'analyses publiés, commune par commune, par le ministère de la Santé pendant deux ans.

En cause, les pesticides et autres nitrates de l'agriculture

Comme en 2012, l'agriculture est, «de loin», la première responsable de cette pollution. Dans 63% des cas de non-conformité, l'eau arrive trop chargée en pesticides, en nitrates issus des apports d'engrais et de fumure animale sur les cultures et en sélénium, un composant du sous-sol naturel mais toxique apparaissant dans les cas de «surexploitation des nappes phréatiques». Ces pollutions agricoles, les pesticides étant les plus répandus, concernent potentiellement 900 000 consommateurs, principalement «dans les zones d'agriculture intensive du quart Nord-Est de la France».

Un tiers des pollutions proviennent de défauts dans le traitement de l'eau (surdosage en chlore ou dépassement de teneur en aluminium). Quelque 500 000 Français, résidant majoritairement en zones rurales et de montagnes, sont concernés par un problème dû «à la vétusté des réseaux ou le manque de surveillance» des équipements. La radioactivité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant