Santé : faut-il avoir peur de l'ordonnance de François Fillon ?

le
23
François Fillon propose de recentrer l'assurance publique sur les maladies graves et les affections de longue durée.
François Fillon propose de recentrer l'assurance publique sur les maladies graves et les affections de longue durée.

Lors du débat de la primaire de l'entre-deux-tours de la droite, Alain Juppé a accusé son adversaire de vouloir baisser les taux des remboursements assurés par la Sécurité sociale. Une mesure de François Fillon s'attire particulièrement les foudres : c'est celle qui consiste à recentrer les remboursements de l'Assurance maladie sur les « affections graves ou de longue durée », selon les termes de son programme. Les assurances complémentaires seraient alors dédiées aux autres soins. Faut-il y voir une manière de désengager l'Assurance maladie au profit des complémentaires (assureurs privés ou mutuelles) ?

Serge Grouard, le député du Loiret chargé du programme économique de François Fillon, se montre extrêmement prudent. Pour lui, cette partie doit être encore travaillée pour être précisée. Mais la lecture du rapport de la Cour des comptes sur l'application des lois de financement de la Sécurité sociale 2015 donne une idée de la logique qui pourrait guider François Fillon sur le sujet. Si l'équipe de campagne du candidat a bouclé son programme avant sa publication et n'en avait donc pas connaissance, une des pistes tracées par les magistrats ressemble étrangement à sa proposition.

Clarifier le rôle respectif de l'Assurance maladie et des mutuelles

À moyen terme, écrivent les auteurs du rapport, « le champ d'intervention de l'Assurance maladie obligatoire pourrait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.