Santé et ondes électro-magnétiques : un risque insuffisamment pris en compte

le
0
Santé et ondes électro-magnétiques : un risque insuffisamment pris en compte
Santé et ondes électro-magnétiques : un risque insuffisamment pris en compte

L'Anses est chargée de la conduite du programme national de recherche Environnement-Santé-Travail (PNR EST), dont l'objectif est de développer les connaissances et de lancer des travaux d'évaluation des risques sanitaires pour aider les politiques à prendre leurs décisions.

Dans ce cadre elle lance ce mercredi 3 juillet 2013 un appel à projets spécifique sur le thème de l'impact des radiofréquences sur la santé. Ces ondes sont émises par des sources multiples : ondes hertziennes utilisées pour la transmission d'informations (antennes relais de téléphonie mobile, téléphones mobiles, wifi, bluetooth, wimax, téléphone sans fil domestique avec base, étiquettes " RFID " (Radio Frequency Identification permettant d'identifier à distance et au moyen d'ondes radio tout objet, animal ou personne muni de cette étiquette), écrans de télévision et d'ordinateur, système de télécommande, système d'alarme, lampes fluorescentes compactes, interphones pour bébés, antennes radio et de télévision, lignes électriques très haute tension, micro-ondes, plaques chauffantes à induction.... Mais ce sont surtout les téléphones mobiles et les antennes relais qui sont les sources principales d'émission de ces ondes.

L'objectif de l'Anses est donc de beaucoup mieux caractériser les expositions et d'étudier l'électro-hypersensibilité, un risque émergent qu'elle estime insuffisamment pris en compte actuellement après avoir consulté des experts et

(...) Lire la suite de l'article
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant