Santé : deux gènes sont liés aux risques cardiovasculaires

le
0
Santé : deux gènes sont liés aux risques cardiovasculaires
Santé : deux gènes sont liés aux risques cardiovasculaires

Des chercheurs ont identifié deux gènes dont les altérations peuvent accroître ou réduire les risques cardiovasculaires, selon une étude menée à partir de données génétiques provenant de plus de 190.000 personnes, publiée mercredi dans la revue américaine New England Journal of Medicine.

Cette découverte pourrait aider à guider les efforts de recherche pour développer de nouveaux traitements préventifs similaires par exemple aux statines, aujourd'hui sont prescrites pour abaisser le mauvais cholestérol et réduire ainsi le risque de maladie cardiovasculaire. «Nous avons identifié des variations génétiques dans plusieurs gènes associés à une protection contre les maladies coronariennes», a dit le Dr Nathan Stitziel, professeur de médecine et de génétique à la faculté de médecine de l'Université Washington à St Louis. «Nos résultats confortent l'idée que des thérapies agissant sur un mécanisme majeur régulant les triglycérides, des graisses, devrait aider à empêcher la formation de plaques dans les artères et protéger contre le risque d'infarctus», a-t-il expliqué.

Pour aider à découvrir des molécules permettant d'agir sur ces gènes, les chercheurs ont analysé les données génétiques de patients souffrant de maladies coronariennes et d'autres en bonne santé. Ils ont scruté 220.000 variantes génétiques qui altèrent des protéines pour déterminer celles qui agissent sur le risque cardiovasculaire.

Les graisses accroissent le risque de maladie coronarienne

Dans le cadre de cette étude, les auteurs ont pu aussi confirmer le rôle de gènes déjà connus conférant une protection ou créant une vulnérabilité cardiovasculaire, et ils ont identifié ces deux nouveaux gènes clé, baptisés ANGPTL4 et SVEP1. Des anomalies rares dans le gène ANGPTL4 sont liées à une baisse du risque de pathologie des artères coronaires, qui varie de 14% avec une faible altération à 50% quand une copie entière de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant