Santé : des primes pour attirer les médecins vers l'hôpital public

le
1
Santé : des primes pour attirer les médecins vers l'hôpital public
Santé : des primes pour attirer les médecins vers l'hôpital public

Des primes, c'est la nouvelle mesure concoctée par Marisol Touraine pour inciter les  jeune médecins à travailler dans les hôpitaux publics. La ministre des Affaires sociales et de la Santé a concrétisé mardi son plan d'attractivité, annoncé il y a un an, et ouvert les discussions sur la gestion du temps de travail, au coeur des revendications des syndicats (voir encadré).

 

Le plan prévoit l'octroi d'une «prime d'engagement» comprise entre 10 000 et 30 000 euros pour certains jeunes diplômés qui s'engageront à passer le concours de praticien hospitalier et à rester, une fois titularisé, au moins trois ans en poste.

 

L'idée remonte à 2015. Face à la désaffection des médecins à l'égard de l'hôpital public, au profit du privé, plus rémunérateur, la ministre avait annoncé la mise en place d'un «plan attractivité» de 250 millions d'euros d'ici à 2019, mais son déploiement se faisait attendre. 

 

Une semaine après la grève lancée par le syndicat d'anesthésistes SNPHAR-E, soutenu par deux intersyndicales, Avenir hospitalier et la Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH), la ministre a reçu les cinq intersyndicales représentant les praticiens, pour leur confirmer l'instauration des mesures d'ici à la fin de l'année. 

 

 10 000 à 30 000 euros pour les jeunes médecins. Les spécialités ayant un taux important de postes vacants au niveau national (anesthésistes et radiologues) se verront octroyer une prime de 10 000 euros, tandis que les jeunes médecins exerçant dans certains territoires en tension obtiendront une prime de 20 000 euros. Soit 30 000 euros s'ils cumulent les deux facteurs. 

 

L'intégrité du salaire durant la maternité. Par ailleurs, les jeunes contractuels qui n'ont pas encore passé le concours de praticien hospitalier mais s'engagent à le faire, verront leurs droits sociaux améliorés, avec notamment un maintien du salaire pendant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 7 mois

    Par ce biais on continuera de plus belle à rendre introuvable un médecin de ville. Si encore il n'y avait pas besoin de médecin référent pour la SS.......ce serait un moindre mal. Votre toubib part à la retraite...et bien bonne chance pour un trouver un autre.