Santé : cette machine va sauver des vies

le , mis à jour à 08:52
0
Santé : cette machine va sauver des vies
Santé : cette machine va sauver des vies

Sur la plage de Leucate (Aude), l'installation de la machine à pratiquer le massage cardiaque n'a pas traîné. Quelques secondes ont suffi aux sauveteurs Agnès et Victor pour ouvrir le sac, passer la planche sous le corps de la personne inanimée et placer l'arceau à hauteur de la cage thoracique. Les massages peuvent commencer, à un rythme mécanique de 30 pressions les cent secondes, puis une trêve de trois secondes pour le bouche-à-bouche. « L'appareil s'adapte à la morphologie. Les deux ou trois premiers coups de compression permettent d'évaluer la cage thoracique. Ensuite, la pression est toujours la même, toujours au même rythme », explique Agnès Carteron, pompier, responsable de la sécurité des plages à Leucate.

« La planche permet de libérer le sauveteur pour d'autres tâches essentielles au sauvetage de la personne inconsciente. Le massage cardiaque, c'est aussi un facteur de stress important pour le sauveteur. Même les plus expérimentés ne parviennent pas à garder un rythme et une pression constants », ajoute le lieutenant Jean-Pierre Cirès qui dirige les sauvetages nautiques au Sdis (service départemental d'incendie et de secours) de l'Aude. « C'est un outil important et supplémentaire de sécurité pour les vacanciers, surtout quand on sait le nombre d'arrêts cardiaques qui ont lieu chaque année à la plage, sur le sable ou dans l'eau », poursuit Michel Py, le maire de Leucate, qui a installé des défibrillateurs semi-automatiques dans les postes de secours dès 1996.

Une première mondiale

Sur la plage, la démonstration de l'appareil Lucas 2 de la société Physio Control suscite la curiosité. « C'est vraiment un appareil intéressant. On gagnerait à en avoir partout où l'on pratique du sport. A condition d'avoir des personnes capables de s'en servir », explique Arnaud Mervelet, professeur d'EPS à Metz (Moselle). L'installation de Lucas 2 sur les plages de Leucate est une première mondiale. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant