Sans passion NI DÉRAPAGE

le
0
Sans passion NI DÉRAPAGE
Sans passion NI DÉRAPAGE

Difficile d'émerger dans un débat cadenassé du début à la fin. Dix-sept minutes de temps de parole imposé pour chaque candidat et des réponses chronométrées à la minute près. Hier soir, pour le premier des trois grands débats de la primaire de la droite et du centre, c'était presque mission impossible. Certains redoutaient un pugilat, un règlement de comptes en direct entre des protagonistes qui ne s'épargnent pas depuis des semaines de campagne. Il n'en a rien été... ou presque. Si la première partie du débat fut l'occasion pour chacun de marquer ses — rares — différences en matière de propositions économiques, il aura fallu attendre une heure trente pour entrer dans le vif du sujet. Celui qui fâche, celui des affaires et des condamnations.

 

Ambiance glaciale

 

« Je tiens mon casier judiciaire à la disposition de Bruno », lâche Juppé à propos de sa condamnation en 2004 dans l'affaire des emplois fictifs de la ville de Paris. « Ce ne sont pas des déclarations qui honorent ceux qui les tiennent », réplique Nicolas Sarkozy sans un regard pour François Fillon, après sa fameuse sortie cinglante fin août qu'un journaliste rappelle : « Qui aurait imaginé le général de Gaulle mis en examen ? ». « Je ne porte de jugement à l'égard de personne, mais il me paraît essentiel qu'un candidat soit hors de cause avant de se présenter », lâche Copé contre Sarkozy, mis en examen dans le cadre de l'affaire Bygmalion. Ambiance glaciale sur le plateau... mais pas de dérapage au final.

 

Pour les sept candidats, tout ne s'est pas joué hier soir. Mais le débat a néanmoins permis à certains de marquer des points... ou pas. Avec cet objectif de faire mentir les sondages pour tous ceux qui disputent le statut de favori à Alain Juppé. Jean-François Copé a certainement été le plus offensif, attaquant particulièrement son meilleur ennemi Nicolas Sarkozy sur le bilan de son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant